Nature Rédemptrice

Guilde role play World of Warcraft - Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Histoire de kalaween et Yirmia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kalaween
Apprenti


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Histoire de kalaween et Yirmia   Ven 24 Fév - 23:30

Voilà notre background a moi et yirmia. je l'ai écrit sur un autre forum en plusieurs posts espacés de quelques jours donc c'est assez long! je le met quand meme a tout hasard des fois que certains s'ennuient au boulot, ensuite je continuerai le journal de kalaween qui commence a partir de la fin Smile

en le copiant collant je me rend compte que c'est super long donc je mettrai un résumé dans l'autre topic...



La foire de sombrelune ouvrait tôt le matin. Chacun se devait d'accueillir chaleureusement les visiteurs; Seul Brom, l'orc qui protégeait les forains des brigands, se montrait parfois un peu revêche, mais l'on avait appris à ne pas attacher d'importance à sonmauvais caractère.
C'était l'époque ou l'ont consultait Arkheïm, le tauren. Assis toute la journée à l'ombre de sa tente, vêtu d'une vieille robe de lin blanc et d'une ceinture de cuir usée, le vieux druide observait les allées et venues, et disait la bonne aventure à qui voulait l'entendre. Il parlait souvent pas énigmes, et ses silences en disaient long. Bien qu'il parlât peu, son savoir impressionait; on l'appelait Arkheïm le sage. On disait qu'il lisait l'avenir dans le bruissement du vent dans le feuillage, et dans le chant des animaux.
C'était aussi l'époque où on pouvait acheter des lapins à Kalaween et Yirmia, deux très jeunes elfes de la nuit. On ne savait rien de leur parents, probablements tués par la guerre comme tant d'autres, et c'est Arkheïm qui les élevait. Il disait les avoir trouvés dans la forêt d'ashenvale, un soir d'automne, alors qu'il ramassait des herbes.

________________________

Une nuit, Kalaween et Yirmia qui dormaient dans la tente d'arkheïm furent réveillés par des cris et des bruits de combat. Ils virent qu'Arkheïm était déjà debout, et voulurent se lever pour aller voir.
-Non! Je vous interdit de sortir seuls. Venez avec moi, et pas un mot.
Le Tauren enfila une grande cape de laine sombre, puis il emmena les deux jeunes elfes au coeur de la forêt qui entourait le campement. Ils ne virent presque rien, sinon qu'une tente avait pris feu et que la bataille faisait rage. Arkheïm les cacha dans un buisson.
-Attendez-moi ici. Cachez-vous dans les ombres. Je vous interdit de bouger, je viendrai vous cherchez quand tout sera fini.

Puis il repartit vers le camp à grandes enjambées. Les enfants se blottirent dans le buisson, écoutant les bruits du combat qui résonnaient dans la forêt. Il étaient âgés d'à peine quarante ans, et ce fut la première fois qu'ils se dissimulèrent dans les ombres, comme seuls savent le faire les elfes de la nuit. Ils restèrent ainsi jusqu'au petit matin. Le silence s'était enfin installé, et Arkheïm vint bientôt les chercher, la mine sombre, et les ramena au campement sans un mot.

Tout n'était que désolation. La moitié du camp était détruit, des caravanes s'étaient entièrement consumées. Brom avait été tué, ainsi que Johan, un veilleur qui avait donné l'alerte, et trois marchands. Les forains pleuraient leurs compagnons au milieu des décombres, et soignaient les blessés couchés sur des lits de paille.
Les jours qui suivirent, on commença à reconstruire le camp. Il fallait accueillir les visiteurs le plus vite possible. Arkheïm n'avait pas dit un mot, son air grave ne l'avait pas quitté depuis la fin de la bataille.

Une nuit, sept jours après l'attaque des brigands, alors qu'on devrait bientot lever le camp, il réveilla Kalaween et Yirmia. Ils étaient fatigués, mais ils sentirent que quelque chose d'important se préparait. Ils suivirent le tauren jusqu'à une petite clairière dans la forêt.
"Brom n'est plus là pour nous protéger, à présent. Et moi-même, je ne pourrais pas toujours assurer votre sécurité. Je vais vous apprendre tout ce que mes maîtres m'ont autrefois transmis. Vous allez devenir des druides."

________________________________

c'est ainsi que Yirmia et Kalaween commencèrent leur apprentissage, dans le plus grand secret. Ils ignoraient encore pourquoi, mais leur Arkheïm leur avait fait jurer de garder le silence, et ils ne s'entrainaient que la nuit, dans des lieux déserts.

Puis les années passèrent; les enfant étaient un peu jeunes pour assimiler ces enseignements, et ils progressaient lentement mais sûrement, comme ils grandissaient.

Ce fut quelques années plus tard, un jour que la foire s'était établie près de thunder bluff, on vit arriver un prêtre réprouvé. Les deux jeunes elfes de la nuit n'avaient encore jamais vu un tel visiteur. A dos d'une superbe mais inquiétante monture, un cheval squelette orné d'un drap de soie sombre, ses vêtements d'etoffe noire ornés de gemmes semblaient être ceux d'un prince. Il mit pied à terre, et lança un regard inquisiteur autour de lui. Il fixa un instant les jeunes elfes intimidés, puis avança dans la foule. Intrigués par son aspect inhabituel, ils le suivirent avec discrétion.
Arrivé devant la tente d'Arkheïm, le visiteur scruta le vieux druide d'un air impassible. Celui-ci, appuyé sur son baton de chêne, ne sembla nullement impressioné. Yirmia et Kalaween se cachèrent dans les ombres.
"Vous êtes-vous égaré en Mulgore, Seigneur Réprouvé? Ou peut-être souhaitez vous entendre la bonne aventure de la bouche d'Arkheïm le Sage, comme tous ces gens.
-Silence, Arkheïm. Je n'ai que faire de tes balivernes de saltimbanque. Et je ne me suis encore jamais égaré sur nos terres."
Le sourire du tauren disparu, et son regard se durcit imperceptiblement.
-Je ne savais pas que ces terres appartenaient aux Réprouvés.
-Ce sont les terres de la Horde, druide. Du moins elles l'étaient avant qu'on y tolère ces vermines d'elfes de la nuit.
-Il me semble que vous savez déjà ce que je pense à ce sujet, Réprouvé.
La main décharnée du mort-vivant se ressera sur son bâton d'argent.
-Il suffit. Je ne suis pas venu pour écouter ces sottises. Sachez seulement que le Cercle des Ombres a eu vent de ce que vous manigancez, et je viens vous sommer de cesser cela immédiatement.
-Je ne vois pas de quoi vous parlez, répondit Arkheïm. Et un prêtre du conseil les ombres n'ont rien à faire ici. Allez-vous en avant que l'on vous chasse.
Ils soutint le regard du prêtre jusqu'à ce que celui-ci tourne les talons et disparaisse dans la foule.
-Inutile de vous cacher, je vous ai vu, ajouta-t-il. Allez donc vous occuper de vos lapins, au lieu d'écouter comme des voleurs.
Les enfants rougirent, puis retournèrent prestement près des caisses de lapins, un peu honteux, sans oser dire un mot.
Mais le soir, près du feu de camp, c'était déjà oublié, lorsque tout le monde s'assit en cercle pour écouter les histoires que racontait Arkheïm. Yirmia et Kalaween s'assirent tout près, leurs yeux brillant à la lumière de la lune.

_________________________________

Un peu plus tard, dans la nuit, Arkheïm emmena encore une fois les jeunes enfants à travers les plaines désertes, à la lueur de la lune. Ils devaient marcher un peu pour atteindre un lieu plus sur.
-Maître Arkheïm... Commença Yirmia.
Le tauren baissa les yeux vers lui, et il se tut. Lui et Kalaween avaient une foule de questions à poser, mais ils n'osaient rien dire; ils pensaient qu'Arkheïm refuserait de leur parler de ce qu'il avait toujours tu jusque là, et surtout ils étaient un peu honteux d'avoir écouté en cachette. Ils mirent donc leur curiosité de côté.

Mais lorsqu'ils s'arrêtèrent, Arkheïm s'assit et leur fit signe de faire de même. Il les regarda un instant, comme perdu dans ses pensées, avant de commencer à parler.
-Je vous dois des explications.
Ils furent surpris de ces paroles, mais se turent et écoutère avidement.
-Il y a une trentaine d'années, j'ai décidé de faire de vous des druides. Mais ce n'était pas une décision facile. J'ai choisi de ne pas vous laisser sans défenses, mais cette décision vous expose à d'autres dangers.
Il y eut un silence. Yirmia et Kalaween brûlaient de questions, mais ils se turent.
-Le Cercle des Ombres regroupe des Réprouvés comme celui que vous avez vu tout à l'heure, ainsi que quelques membres dela Horde. Ils sont redoutables et sournois, et disent se battre pour protéger la Horde. En réalité, ils n'ont que faire des interêts des autres races, et vouent une haine sans limite aux races de l'Alliance. Je ne sais pas comment ils ont appris cela, mais ce prêtre semblait savoir que j'ai commencé à vous enseigner les voies du druidisme.
-Mais, Maître Arkheïm, vous nous aviez dit que c'étaient des elfes de la nuit qui vous avaient appris ce que vous nous enseignez.
-C'est vrai. Mais les membres du Cercle des Ombres pensent qu'il est dangereux d'enseigner des techniques de combat à des Elfes de la nuit, qui feront un jour partie de l'Alliance.
-Mais, Maître...
-Je sais que vous n'avez pas le sentiment d'appartenir à l'Alliance. Mais la paix est fragile. En temps de guerre, ils seront vos alliés, et la Horde cherchera à vous détruire. C'est ainsi. J'ai quitté la Horde il ya bien longtemps, et vous n'avez encore aucun lien avec l'Alliance, mais pour le Cercle des Ombres tout Elfe de la nuit est un ennemi et un danger potentiel.
-Maître, vous voulez dire que les Taurens n'enseignent jamais aux Elfes de la Nuit, à cause du Cercle des Ombres?
-Bien sur que si, A moonglade, sous la protection de puissant Maître Druides. Mais c'est différent, ils n'y peuvent rien.
Il y eut un second silence.
-Je veux que vous me promettiez de ne pas prendre part à cette guerre absurde. Tout ce que je vous enseigne, je le fais pour que vous pouviez vous défendre. Le monde est plein de dangers, vous ne serez jamais à l'abri.
Yirmia et Kalaween acquiesèrent.
-Encore une chose, ne faites jamais confiance à un Réprouvé, si toutefois vous en avez l'occasion. Et maintenant, levez-vous, nous avons du travail.

___________________________________

Sous le regard attentif des jeunes elfes, Arkheïm ramassa quelques touffes de fourrure brune sur le sol, puis pris des plantes dans sa bourse de cuir. Il posa le tout sur une pierre et murmura des incantations. Cela dura un certain temps; Yirmia et Kalaween n'osaient pas interrompre sa méditation, mais ils commençaient à se demander où il voulait en venir.
Puis, ils sentirent un vent tiède sur leurs visages. Devant la pierre apparut un nuage de fumée, puis un ours géant se matérialisa devant eux. Ils eurent un mouvement de recul, mais voyant qu'Arkheïm avait posé un genou à terre et se tenait devant l'apparition, ils firent de même.
Arkheïm venait d'invoquer l'Esprit du Grand Ours. Il lui parla dans une langue inconnue; Puis il se leva, et fit signe aux elfes d'approcher.
"L'Esprit du Grand Ours veut bien vous parler. Avancez."
Impressionés, ils avancèrent lentement vers l'apparition. Celle-ci les fixa comme pour les jauger. Puis ils entendirent chacun sa voix dans leur esprit: c'est ainsi qu'il communiquait. Il leur parla longuement, de la bravoure et de la force, du courage dont peuvent faire preuve les ours.
Enfin il disparut.

"Maintenant, vous devriez pouvoir vous transformer; L'Esprit du Grand Ours vous a accordé cette faveur. Allez-y, essayez."

______________________________________________

Le lendemain soir, Yirmia et Kalaween accompagnèrent Arkheïm qui cueillait des herbes dans la forêt. C'était aussi un savant herboriste. Il leur apprenait à reconnaître chaque plante, ou la trouver, comment la cueillir, quelle partie utiliser...
Ils montèrent en haut d'une bute qui dominait la forêt, pour chercher quelques racines de terrestrine. Mais alors que les elfes avaient fini de couper les racines, ils virent qu'Arkheïm s'était immoblisé et regardait dans la direction du soleil couchant. D'un geste de la main, il leur fit signe de se taire. Ils regarda quelques corneilles s'envoler au loin vers l'ouest; puis ramassa une poignée de feuilles mortes qu'il lança dans la brise, et observa attentivement leur longue chute au gré du vent . Il sembla méditer un instant, puis se tourna vers eux.
"Je sens de mauvais présages".
Son regard et sa voix étaient emplis d'une gravité telle, que les deux jeunes elfes reçurent cette phrase comme un coup dans l'estomac.

Les jours suivants, il devint de plus en plus exigeant. Il fallait que Yirmia et Kalaween progressent, et le plus vite possible. Ils apprirent les techniques du druide-ours, canaliser leur agressivité, provoquer ou intimider l'ennemi. Ils apprirent également des sorts d'une grande subtilité. Ils faisaient de leur mieux, car ils savaient que quelque chose se préparait.

________________________________

Puis, les choses se calmèrent. Arkheïm s'était peut-être trompé, ou le destin avait changé par un quelconque coup du sort. Entretemps, Yirmia et Kalaween avaient beaucoup progressé.

Un autre problème se posa, d'une gravité moindre, mais qui inquiétait tout de même Arkheïm. Kalaween montrait moins d'aptitudes que son frère à la magie, et bien qu'elle ait une très bonne maîtrise du combat en changeforme, elle avait du mal à se contrôler ses instincts une fois transformée en bête. Ce genre de désagréments arrivait parfois aux débutants, qui devaient alors apprendre à se maîtriser sous toutes les formes, mais elle ne progressait que lentement dans cette voie. En félin, elle devenait méfiante et restait toujours sur ses gardes; en ours, au contraire, elle pouvait faire preuve d'un étonnant de prudence, comme si elle n'avait plus conscience du danger.
Arkheïm se doutait que le fait d'assimiler toutes ces techniques à un âge si jeune n'allait pas sans conséquences. Mais de toutes façons, ils n'avaient plus le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalaween
Apprenti


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Histoire de kalaween et Yirmia   Ven 24 Fév - 23:31

Puis, une nuit, quelques heures avant le lever du jour, on entendit le bruit d'une brève lutte, puis un feulement et un cri sauvage déchirèrent le silence. Les enfants se réveillèrent en sursaut, mais, épuisés par leurs scéances d'entrainement nocturnes, ils crurent avoir rêvé et se rendormirent.

Pourtant, à l'aube, quand ils s'éveillèrerent et sortirent de leur tente, Arkheïm était déjà debout. Devant sa tente, un corps gisait sans vie, celui d'un réprouvé vêtu de noir, face contre terre, la tête enveloppée dans une cagoule. Sans un mot aux quelques forains ébahis autour de lui, le tauren enjamba le cadavre du réprouvé et fit signe aux enfants de le suivre encore une fois à l'écart du camp.

Sans nul doute, le Cercle des Ombres lui avait envoyé cet assassin. Ni les veilleurs ni leurs chiens ne l'avaient vu se glisser jusqu'à la tente. Ce jour-là, Arkheïm décida de ne rien leur cacher. Il leur dit qu'il fallait sans doute plus qu'un assassin isolé pour le tuer, et que le Cercle des Ombres s'en doutait probablement. C'était à la fois une tentative et un avertissement. Ils n'hésiteraient pas à mettre les moyens.
Puis il faillit ajouter quelque chose, mais il se tut.
Peut-être avait-il déjà lu le présage de sa mort prochaine.

________________________________________

Puis, l'entraînement, encore, toujours...
En très peu de temps, et au fil des voyages de la caravane de la foire, Kalaween et Yirmia finirent par connaître un nombre impressionant de sorts et de techniques et pouvaient prendre quatre formes animales. Ils prenaient la forme de très jeunes animaux, mais ils en avaient néamoins la maîtrise. Ils pouvaient également soigner des blessures graves et savaient faire des remèdes à base des plantes qu'on trouve dans la forêt. Arkheïm leur avait dit qu'à sa conaissance, aucun elfe ni tauren n'avait pu apprendre si jeune ne serait-ce qu'un centième de ce qu'ils savaient, et leurs coeurs étaient emplis de fierté et d'espoir.

Leur monde allait bientôt s'effondrer.

Une nuit d'entraînement comme les autres, à Ashenvales, on entendit des bruits étranges du fond de la forêt. Un vol de corneilles s'éleva au-dessus des arbres. Arkheïm fit signe aux enfants de se dissimuler dans les ombres nocturnes, et fixa la pénombre des sous-bois. Quelqu'un arrivait vers eux, courant entre les arbres; le druide brandit son bâton, les yeux fixés vers la silouhette qui sortit enfin des broussailles... Et tomba à genoux sur le sol, le souffle soupé.
C'était un humain. Rodéric, un des plsu jeunes veilleurs de la foire. Il avait vraisemblablement couru depuis le campement. Sans reprendre son souffle, il articula quelques mots:
"Des morts vivants... Plein... Les assassins.... Ils vous cherchent... On a essayé de les retenir... "
Puis il leva les yeux vers Arkheïm et chercha du regard les enfants qui sortirent alors des ombres.
"Ils sont après moi...
-Que dis-tu?
Un craquement sonore se fit entendre.
-Ils m'ont suivi! Fuyez!
Arkheïm hésitait.
-Rodéric...
-FUYEZ!"
Arkheïm murmura quelques mots à sa chouette posée près d'eux sur une branche basse, et elle s'envola aussitôt. Puis sans plus tarder, il prit la fuite accompagné des jeunes elfes, laissant le veilleur épuisé dans la clairière. Sous la forme du guépard, (c'était la première fois qu'ils voyaient Arkheïm se transformer) ils s'enfoncèrent ventre à terre dans la forêt, zigzaguant entre les arbres. Ils coururent longtemps, fuyant vers le nord.
Ils avaient l'impression d'avoir parcouru des kilomètres, quand ils entendirent derrière eux des bruits de sabots. Sans nul doute, les assassins les avaient pistés. Arkheïm firent un brusque virage, ils le suivirent tant bien que mal jusqu'à une petite grotte. Mais, alors que les enfants y entraient, l'un des cavaliers apparut, sur sa monture décharnée, ses yeux sans expression fixant le druide.

_______________________________________________

Bientôt, d'autres cavaliers apparurent. Ils étaient une dizaine de morts-vivants, des assassins vêtus de noir comme celui qui été envoyé seul pour tuer Arkheïms, mais aussi des mages qui portaient de longues robes d'étoffe sombre et de mystérieux bijoux. Ils avaient tous le même regard vide.
Alors qu'ils s'approchaient, Yirmia se camoufla dans les ombres, mais Kalaween prit sa forme préférée: celle du félin. Furtive, elle se glissa dehors, passant derrière Arkheïm avec une grande discrétion, le ventre au ras du sol. Les réprouvés l'auraient sans doute vue s'ils n'avaient pas porté toute leur attention sur le tauren qui les fixait d'un regard tout aussi impassible que le leur.

Soudain, deux réprouvés mirent pieds à terre, aussitôt imités par les autres. L'un d'eux, un mage, déclencha une sorte d'explosion autour de lui. Aussitôt, un éboulement de pierres tomba du dessus de la grotte, affolant leurs chevaux. L'entrée de la grotte était à présent obstruée (était-ce voulu?) et Kalaween fut projetée contre un arbre et demeura inerte sur le sol, mais le bruit de l'explosion fut tel qu'ils ne la remarquèrent toujours pas.
Quand à Arkheïm, il avait à peine vacillé.

_____________________________________

Le combat fut long et terrible. Le sol tremblait. kalaween resta prostrée sous un buisson, ses yeux jaunes fixant la scène avec terreur. Yirmia, lui, essayait de dégager de petites pierres de l'éboulement. Il ne dégagea qu'une minuscule fenêtre sous le plafond de la grotte. Le combat faisait rage, la roche menaçait de s'écrouler à nouveau, et il était plongé dans l'obscurité, desespérément enfermé. La panique finit par le gagner, mais il ne parvint qu'à se faire mal en essayant de sortir par la petite ouverture.

Etait-il possible qu'Arkheïm meure? Il leur avait toujours semblé être immortel, immuable. Ils avaient peur, mais n'envisageaient pas vraiment de perdre Arkheïm. D'ailleurs, autour de lui, les réprouvés tombaient l'un après l'autre, incapables de continuer le combat. Leur ardeur diminuait en même temps que leur nombre.
Enfin, le dernier d'entre eux s'éloigna en boitant, laissant Arkheïm épuisé reprendre son souffle. Sa robe de lin était dechirée en plusieurs endroits. Kalaween fit un geste pour se glisser hors de sa cachette, mais au même moment, un réprouvé surgit derrière le tauren,armé d'une longue et solide dague; au moment ou Yirmia cria un "non" qui se mêla à une sorte de feulement aigu dans les broussailles, l'arme du mort-vivant frappait Arkheïm.
Le tauren vacilla, puis tomba en avant dans un grand bruit. Un silence absolu suivit sa chute. Frappés d'horreur, les elfes regardaient leut maître immobile, face contre terre. Le mort-vivant essuya sa dague ensanglantée dans un morceau d'étoffe, puis jeta un regard dans le buisson ou se trouvait Kalaween. Il l'avait entendue feuler, mais il dut penser qu'il s'agissait d'un animal sauvage (soupçonnait-il seulement que de si jeunes enfants puissent se transformer?) car il se tourna ensuite vers la grotte, ou il croyait sans doute enfermés les deux elfes. Jugeant les pierres trop difficile à déplacer, il prit la fuite à pieds à travers la forêt, les montures s'étant enfuies lors du combat.

_______________________________________

Kalaween errait au hasard dans la forêt, non loin d'auberdine. Elle ne se transforma plus. La forme du félin lui permettait de ne pas réflechir, dene pas faire vraiment face au deuil et à la solitude. Arkheïm n'était plus, et elle avait perdu la trace de son frère. Elle était allé chercher du secours pour déplacer les pierres, mais elle n'avait rien trouvé, et lorsqu'elle était revenue quelques heures plus tard, les pierres avaient été déplacées et la grotte était vide. Elle avait tenté de retrouver Yirmia grace aux odeurs et aux traces de pas, mais la piste d'arrêtait aux environs d'une rivière.
Elle avait suivi le cour de la rivière, espérant sortir de ces bois corrompus. Elle sentait une sorte de malédiction peser autour d'elle, dans Gangrebois, mais tenaillée par la soif, elle avait bu plusieurs fois l'eau verdâtre et malodorante avant d'arriver à sombrivage ou la forêt se fit plus accueillante. Puis elle se mit à errer sans but, se nourrissant de lapins et d'oeufs d'oiseaux, sans jamais se retransformer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Histoire de kalaween et Yirmia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature Rédemptrice :: La Rédemption :: L'Auberge-
Sauter vers: