Nature Rédemptrice

Guilde role play World of Warcraft - Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Echos du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Renuel
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Forêt d'Ashenvale, Parc de Stormwind
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Echos du passé   Mar 27 Juin - 21:46

D’imposants nuages aux formes torturées nimbaient le ciel écarlate, semblable à d’ignobles bubons verdâtres. Sous cette infernale voûte céleste, le sol lui même semblait malade et corrompu, les arbres et les plantes formant des spires aux formes insensées, recouvertes d’épines acérées ou au contraire, au branches molles suintant d’une humeur visqueuse et pestilentielle. Mais le plus terrifiant, c’était les créatures démentes qui foulaient ce paysage dantesque. Diables ailées aux crinières de flammes, géants de pierres incandescentes et autres démons écailleux parcouraient les ruines de la citée qu’ils venaient de raser, d’innombrables choses à la vague allure canine courant entre leur jambes. Puis Il apparut, titanesque géant de bronze au noble visage encadré de cornes spiralées. Tendant Sa main vers moi, Il m’appela de mon nom : « Renuel ! Renuel ! Ren ! »

Je me réveillai trempé de sueur, devant le tendre visage de ma mère qui me regardait d’un air inquiet de ses yeux semblables à deux orbes d’argent. Ses long cheveux faisait comme un dais blanc autour de mon visage.

«- Tu tremblais dans ton sommeil, et tu poussais de grands soupirs… te sens tu bien ? As tu de la fièvre ? » Joignant le geste à la parole, elle porta sa main à mon front. La repoussant, je me relevai sur mon séant. Les horribles images commençaient à se dissiper.
« - Ce n’est rien mère, simplement un mauvais rêve. J’ai peut être abusé du vin à table, hier soir.
- On peut dire que tu as bien fait honneur à tes mets d’anniversaire. Cent ans, ça se fête ! »

Tandis qu’elle partait en riant, je me relevais et me préparais pour descendre dans la salle de banquet.
Thendris Deepwood, ma chère et tendre mère, était à cette époque encore une mère comme les autres, aimant ses enfants et son mari d’un amour sincère. Son visage fin à la peau aussi douce que la soie reflétait à peine ses deux millénaires. Ses longs cheveux blancs étaient laissés libres, et flottaient sur ses épaules comme de fins fils argentés. Elle était la femme du Haut Conseiller Zenach Deepwood (mon père) depuis près d’un millénaire, et lui avait donné une fille, ma sœur Uli, et deux fils, moi même et mon frère Darius. J’étais le benjamin, ma sœur étais l’aîné avec ses neuf cent vingt ans. Elle étais assez froide et distante avec tout le monde depuis qu’elle enseignait l’art des arcanes au palais de l’impératrice Azshara elle même. Quand elle revenait à la maison, environ trois fois l’an, elle me ramenait toujours toutes sortes de jouets mécaniques ou bien magiques finement ciselés qu’elle fabriquait selon ses dires elle même. La voyant mal consacrer son précieux temps à pareil chose, je pense qu’elle devait plutôt confier cette tâche à l’un de ses innombrables apprentis. Darius était quand à lui âgé de près de trois cent ans, et malgré son jeune âge était le meilleur bretteur de la maisonnée, ce qui faisait de lui le Shan’Suto (maître d’armes) de la maison Deepwood. Il se montrais tour à tour méprisant puis sympathique à mon endroit, et me faisais volontiers tourner en bourrique d’un air hautain avant de m’offrir un cadeau tout en m’administrant une accolade fraternelle. Il passait cependant de moins en moins de temps à la villa, ses fonctions de capitaine de la garde l’appelant à la garnison de Suramar.

Alors que je descendais l’escalier du grand hall, je croisais mon oncle Nazril qui remontait vers sa chambre, une liasse de parchemins et de livres dans les bras. Il était lui aussi magicien, mais possédait quand à lui un cabinet privé de grande renommée. Il me gratifia d’un sourire en me désignant du menton le salon privé de mon père.

« - Zenach t’attend, Ren. Je serais toi je me dépêcherais de manger puis j’irais au salon, quelqu'un t’y attend avec ton père » N’en disant pas plus, il continua son chemin, me laissant seul avec mes pensées. Tout en me dirigeant vers la salle des banquets, je reflechissai à l’identité de cet personne qui voulait me voir. Tout en me servant moi même dans les plats, je me remémorais soudain que j’avais triché au cours de ma dernière interrogation de géographie, utilisant un tour qu’Uli m’avait appris pour obtenir les réponses à l’insu de mon vieux tuteur Fynn Starheart. Se pourrait il qu’en ayant eu connaissance, il serait aller s’en plaindre auprès de mon père ? Et à présent les deux Kaldoreis furieux m’attendaient dans le salon… Finissant de manger en toute hâte, j’allait attendre devant la porte de la salle privée de mon père. Deux voix masculines résonnaient à l’intérieur, celle de mon père et, à ma plus grande joie, une autre qui n’était pas celle du vieux Starheart. Ecoutant attentivement, Je ne parvenais cependant pas à définir le propriétaire de cette voix. Elle était profonde et glaciale, mais s’exprimais de manière très soutenue. Regardant à travers la serrure, je distinguais les deux Kaldoreis. Mon père était, comme à son habitude, assis sur le massif trône d’ébène qu’il avait reçus en guise de dot à son mariage. Ses longs cheveux d’un bleu presque turquoise étaient ramenés en une longue queue de cheval qui laissait ainsi son large front dégarnit. Ses yeux rougeoyant qui me faisaient tant peur étant enfant étaient actuellement fixés sur son interlocuteur qui s’exprimait. Ce dernier, un elfe massif et de haute stature, avait une véritable crinière de nuit qui cascadait sur ses épaules. Le plus frappant, c’était cependant ses yeux, apparemment artificiels, semblables à deux orbes d’onyx striés de rouge rubis. Constatant cela, je ne pus réprimer un cri de surprise. Mon père ne parut pas entendre mais l’autre tourna la tête vers la porte.

« - Mon très cher Zenach, nous allons je crois devoir laisser notre conversation à plus tard.
- Je vous demande pardon ? J’ai peur de ne pas bien comprendre pourquoi, Seigneur Xavius…
- Tout simplement parce que votre fils est à l’écoute derrière la porte depuis quelques instants et qu’il serait temps de le faire entrer… »

( j'éspère que ça vous a plu. la suite viendra bientôt, en attendant n'hesitez pas à poster vos commentaires et remarques Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mornaglar
Maître de la Nature Rédemptrice
avatar

Nombre de messages : 2453
Date d'inscription : 24/05/2005

MessageSujet: Re: Echos du passé   Mer 28 Juin - 8:58

[HRP] Je me suis juste permis d'aérer un peu le texte :p Excellente narration, très vivante ! J'attends la suite Smile [/HRP]

_________________

Maître de la Nature Rédemptrice
Classe : Druide
Professions : Ingénieur, Mineur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renuel
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Forêt d'Ashenvale, Parc de Stormwind
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: Echos du passé   Mer 28 Juin - 17:57

Se levant, Zenach se dirigea vers la porte et l’ouvrit. Essayant de prendre l’air le plus naturel et détendu possible, je m’inclinais devant mon père. Il m’invita à entrer d’une main et ferma la porte de l’autre. Me tortillant, mal à l’aise, j’attendis que l’un des deux elfes prenne la parole. Au lieu de ça, le seigneur Xavius se contenta de me regarder de ses yeux si étranges. Me décidant à le fixer, j’eu l’impression que les deux sphères d’onyx fouillaient mon âme au plus profond. Le seigneur Xavius était le Grand Conseiller de l’impératrice Azshara , le supérieur hiérarchique de mon père, qui faisait lui même partie du Conseil. Il côtoyait Azshara chaque jour et était son plus intime conseiller, me tenir en sa présence, c’était comme se tenir en la présence d’une parcelle de l’impératrice du monde ! Il souri avant de m’adresser la parole :

« -Alors Renuel, as tu entendu notre conversation ? » En vérité, je n’avais entendu que des bribes, et n’avais pas saisi le sens de leur paroles.
« - Non seigneur, je n’étais derrière la porte que depuis quelques instants quand vous m’avez…vu.
- Oui, comme tu as pu le constater, mes yeux sont magiques. Ils apeurent beaucoup de personnes, mais ils sont très pratiques pour repérer les petits fouineurs. » Conclu-il avant de partir d’un rire glacial. « -De toute façon, rien de ce qu’il s’est dit dans cette pièce n’était vraiment confidentiel. »

Mon père revint s’asseoir sur son trône et m’indiqua un siège qu’il venait d’invoquer d’un geste subtile. M’installant, je lui lançais un regard interrogateur. Se saisissant d’une coupe de cristal remplie d’un alcool ambré, il ne tarda pas à mettre fin à mes interrogations.

« - Renuel, voici le seigneur Xavius, le Grand Conseiller de l’impératrice » Je remarquais qu’il avait bien prit soin d’éviter de prononcer le nom d’Azshara en présence de son hôte.
« - Il est venu me voir pour me parler d’un… grand projet, qui changera sûrement la face du monde. Je ne peux t’en parler clairement pour l’instant, malheureusement. Mais le seigneur Xavius aurait aimé te voir, pour une raison qui m’échappe d’ailleurs. » Fit-il en interrogeant du regard son hôte. J’étais abasourdis. Le Grand Conseiller voulant me voir, moi ?
« - Vous me faites honneur, seigneur, mais puis-je savoir en quoi un jeune noble comme moi vois intéresse ?
- Tu est bien plus qu’un noble, Renuel, tu est un Queldorei, un Bien-né, l’un des élus de l’impératrice. Ne l’oubli jamais si tu ne veux pas apporter la honte sur ta maisonnée. » Me jeta Xavius avant de reprendre d’une voix plus calme :
"- Néanmoins, ta modestie t’honore. Tu est tel que je l’imaginais. Tu es encore pur… Oui tu est tout à fait celui qu’il nous faut.
- Je crains de ne pas comprendre, Seigneur. Que suis-je censé faire ?"
Je n’étais pas très rassuré, tout au fond de moi même une petite voix me mettait en garde contre le Conseiller. Il me jaugea du regard et répondis enfin :
« - Tu sera l’un des instruments de l’apogée des Queldoreis. Dans plusieurs années, tu sauras tout. Zenach, je compte sur toi pour veiller sur ton fils au cours des temps à venir. Il est très précieux aux yeux d’Azshara et de notre nouveau seigneur. »

Se levant, il salua mon père qui s’était incliné devant lui, avant de sortir de sa tunique finement brodée un petit cylindre d’opale. Egrenant quelques mots de pouvoir, il disparu dans une nué de runes lumineuses. Alors qu’il se retournait vers moi, je cru un instant voir un masque de tristesse sur le visage de mon père, très vite remplacé par son air habituel, mélange de noblesse et d’irritation. Il m’annonça d’une voix grave :
« - Mon fils, tu est bénis. Sargeras à poser Son œil sur toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renuel
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Forêt d'Ashenvale, Parc de Stormwind
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: Echos du passé   Ven 30 Juin - 18:23

Trente ans c’étaient écoulés depuis cette étrange entrevue. Père avait été officiellement mandé au sein du cercle très fermé des Conseillés du palais, et nous avions donc dus quitter Suramar pour la glorieuse capitale de notre peuple, la magnifique Zin-Azshari, sise sur la berge du Puit d’Eternité, la source du pouvoir des Kaldoreis, qui nous conférait puissance et surtout, la vie éternelle. Les prêtresse d’Elune affirmaient que c’était là que la Déesse lune se réfugiait lorsque le jour naissait. Le Puit formait une immense étendue d’eau qui occupait le centre de Kalimdor, autours duquel étaient sises les différentes citées de l’empire des elfes de la nuit. Les Conseillés avaient des villas aux alentours du palais, ou ils pouvaient loger leur maisonnées et d’éventuels invités. Notre famille fut logée dans un de ces quartiers, ou l’on nous avait bâtie une immense villa agrémentée d’un parc de belle taille. Je fus envoyé dans une prestigieuse école ou l’on m’enseigna la science et les arcanes ainsi que l’adoration de Sargeras. Je remarquais que beaucoup des étudiants étaient les enfants des membres du Conseil. A part les Queldoreis, personne ne devait rien savoir de notre nouveau seigneur avant Son arrivée.

Avant de quitter Suramar, j’avais demandé à Père qui était Sargeras. Il m’avait répondu que c’était là l’affaire du seigneur Xavius, qui avait été choisi par Lui pour devenir Son prophète. Selon Xavius, Sargeras était un dieu qui désirait apporter Sa bénédiction aux Queldoreis. Contrairement à Elune, qui ne communiquais jamais directement avec son peuple, au point de faire parfois douter de son existence, Sargeras avait directement contacté Xavius ainsi que l’impératrice. Il exprimait clairement Ses buts et Ses désirs : que l’on ouvre un portail vers ce monde pour qu’Il puisse s’y matérialiser lui et Sa Légion pour nous faire profiter de Son illustre présence. Une fois ceci accompli, Il purgerait le monde des impurs et des infidèles, en faisant un paradis à Sa gloire et à celle des Queldoreis, les Biens-nés d’Azshara.
Lorsque je demandais à mon père pourquoi ce dieu si puissant m’avais choisi, il me demanda si j’étais près à faire don de ma personne à la gloire de l’être suprême Sargeras, comme tous les derniers nés des differents familles des membres du Conseil.
« - Vous voulez que je dédie ma vie au culte de ce nouveau dieu ?
- Oui Renuel. Tu sera l’un des élus qui mèneront notre peuple à son apogée. » M’assura t’il.
En disant cela, je pensais à un office clérical, devenir un prêtre à la gloire de Sargeras. Je me trompais lourdement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renuel
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Forêt d'Ashenvale, Parc de Stormwind
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: Echos du passé   Ven 7 Juil - 12:51

/HRP je voulais jsute preciser que mon recit ne se deroulait pas dans le cadre spatio-temporel dans le quel on débarqués les heros de la trilogie des Guerre des Anciens. En gros c'est le passé avant qu'ils n'arrivent et ne changent sa trame. En ésperant que c'est assez clair... /HRP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renuel
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Forêt d'Ashenvale, Parc de Stormwind
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: Echos du passé   Lun 17 Juil - 19:31

Je me souviens encore du jour ou j’ai rencontré pour la première fois le fils aîné de la maison Braene. J’étais à cette époque dans ma cent quarante cinquième année, et étais désormais un véritable fidèle d’Azshara et du Divin Sargeras. Je séjournais encore à l’académie d’Ordil’Thalas, en plein cœur de la glorieuse Zin’Azshari. Ses immenses dômes et tours de marbres blancs brillaient sous la clarté de la lune, et étincelaient littéralement sous le soleil. Je dois admettre que je n’étais pas un très bon étudiant, l’astronomie et l’étude des arcanes m’ennuyant au plus haut point. Aussi, lorsque j’eu la surprise de voir mon frère Darius se présenter devant moi un beau crépuscule*, je fus assez heureux de pouvoir m’arracher à la longue nuit d’étude harassante qui s’annonçait. Je l’accueillait avec le sourire, auquel il ne répondit pas.

« - Darius ! Qu’est ce que tu fait ici ?
- Je passais dans le coin, et je me suis dis que tu devais t’ennuyer ferme dans ton école. Donc me voilà, prêt à passer une journée en ville avec mon frère.
- J’aurais aimé mais je ne peux hélas pas sortir d’ici. Enfin, je veux dire que si on me voyait
en ta compagnie à l’extérieur alors que je suis censé être ici… »
Il faut dire que j’étais assez voyant. Mon abondante crinière était d’un vert vif très inhabituel. Cela avait d’ailleurs beaucoup déplu à ma mère qui avait dans un premier temps décidé de les raser dès qu’ils repoussaient, déclarant que c’était là un mauvais signe. Puis, devant mon insistance de ne pas rester chauve comme un œuf, elle avait renoncé à contre cœur. Darius me tendit une toge élimée et un petit flacon de cristal contenant un liquide bleu nuit.
« - J’ai pensé à ça. Tu va m’enfiler cette loque, verser le contenu de cette fiole sur ce qui te tien lieu de cheveux et devenir mon fidèle serviteur Renil. » Je le regardait, un sourcil levé.
« -Renil ? Tu m’impressionne énormément sur ce coup là. Quelle imagination !
- C’est bon, appelles toi comme tu veux mais dépêche toi de te grimer.
- Et ou allons nous au juste ? » Demandais-je tout en passant la toge crasseuse.
« - J’ai repéré une troupe ambulante dans le quartier des marchés. Ensuite, on ira voir quelques amis à moi. »

Parfait. Il aurait pu m’emmener dans la taverne la plus mal famée de la ville que je serais tout de même venu. Tout me semblait préférable à une soirée passée à étudier les différentes sous espèces de trolls ou les indéchiffrables théories de divers mages aux noms tout aussi indéchiffrables. Mais ce que je détestait par dessus tout, c’était les séances de théologie, ou l’ont nous rabâchait sans cesse la gloire de l’Impératrice et du Divin Sargeras . Le fait de devenir l’un de ses prêtre ne pouvait-il m’epargner toute ces prêches d’un ennui mortel ? Tout en déversant le flacon sur ma chevelure, je songeait que j’étais peut être le seul élève à ne pas sembler captivé par les cours de théologie…
Me regardant dans un miroir, je pus y voir le reflet d’un jeune Elfe de la nuit plutôt banal. Je fis signe à mon frère que j’étais prêt et il me conduisit au dehors jusqu’à sa litière portée par quatre serviteurs à la mine patibulaire, sûrement des demis-trolls issus des contrées du nord-est. Comme je m’apprêtais à le suivre dans le véhicule, il m’arrêta avec un petit sourire en coin.
« - Je suis désolé mais les serviteurs ne voyagent pas avec leurs maîtres, tu va devoir marcher à côté. »

Puis il fit signe aux porteurs qui se mirent en marche. Je restais un moment immobile, éberlué, avant de rattraper le cortège auquel s’étaient joint sa garde rapprochée de soldats de la maison Deepwood, armées de grandes lames doubles et de boucliers. La foule de gens du peuple laissait prudemment place à la litière dorée, les rares inconscients restant en travers du chemin se retrouvant brutalement repoussés par les gardes. Pour la première fois, je marchais derrière la litière, et je pus voir les regards que lançaient les kaldoreis au cortège : un mélange de peur et de haine. Comment ces chiens osaient-ils regarder ainsi une délégation d’une des maisons de Bien-nés de l’Impératrice ? J’eu envie de leur crier de baisser leurs regards et de rendre grâce aux soldats de ne pas les avoir égorger pour ne pas avoir céder la place. Mais si j’avais fait ça, j’aurais sûrement signer mon arrêt de mort.

Pourquoi les gens du peuple avaient ils ainsi changé d’attitude ? Alors que nous veillions sur eux depuis des millénaires, ces vermines ingrates ne voyaient pas leurs propres médiocrité et nous enviaient nos privilèges et nos pouvoirs. Je souhaitais à ce moment là qu’ils soient au courant de nos plans, qu’ils puissent voir ce que nous préparions en grand secret avec Lui afin qu’ils réalisent la veulerie de leur sentiments, et qu’ils nous remercient à genou que nous leur ayons préparé un avenir radieux grâce à notre art, qui était le moyen par lequel nous avions réussi à contacter le seigneur Sargeras.

Une fois dans le quartier des marchés, nous arrivâmes à un petit enclos de bois dans lequel se trouvait une bien curieuse assemblée. Il y’avait là une imposante créature velue, un tauren de taille impressionnante, uniquement vêtu d’un pagne de fourrure. Diverses breloques étaient accroché à ses cornes, et un anneaux de métal était passé dans son mufle. Il tordait d’epaisses barres de métal à mains nues, pour preuve de sa force immense. Deux petits humanoïdes larges et trapus avec de grandes barbes. De plus près, on pouvait voir qu’ils étaient fait de pierre vivante et que leur barbe semblait être un amas de limaille de fer. Des Terrestres, ces créatures vieilles comme le monde qui vivaient dans les montagnes du nord et de l’est lointain. Ils étaient penchés sur une enclume et martelaient le fer de leurs poings, le travaillant et lui donnant toutes sortes de formes improbables. Il y’avait également un troll à la peau verte et moussue, haut comme un elfe et large comme deux, à la musculature imposante. Il exécutait toutes sortes de pirouettes, de sauts périlleux et de mouvements acrobatiques de simples poussées de ses jambes puissantes, déclenchant des cris d’admiration parmi l’assistance. Enfin, deux petites créatures semblables à de tout petits trolls verts faisaient le tour de l’enclos juchés sur de petits engins monocycles en jonglant avec des écrous et des boulons tout en poussant de temps à autres de petits rires hystériques. Je les désignait à mon frère qui était descendu de sa litière.

« - Ca ? Se sont des gobelins. De sacrées petites pestes, complètement fous et fiers de l’être. Ils sont originaires des jungles de Jezran, tout au sud. Ils sont au service des dragons noirs, du moins à ce qu’on dit. Ils travaillent dans les forges et les mines des gros lézards, en retours ils ont droit à leur protection. »

L’un d’eux s’arrêta, fixa l’assemblée avec un sourire dément et fila vers l’enclume, dérobant au passage l’épée que venait de terminer l’un des Terrestres. La lame encore chaude brûla les mains du gobelin qui se mit à hurler, provoquant l’hilarité général. Le troll avait arrêté ses cabrioles pour rire grassement en montrant le gobelin du doigt. Ce dernier, apparemment mécontent, saisit l’arme à deux mains et fonça vers le troll, lui coupant le bras d’un seul geste. Il y’eu une gerbe de sang et des hurlements dans la foule. Sans se laisser démonter, le manchot colla un violent coup de poing au petits gnome vert, l’envoyant au tapis. Les kaldoreis purent assister médusés à la repousse du bras du troll, qui une fois ceci fait repris ses acrobaties comme si de rien n’était. L’assemblée applaudit, au grand dam du gobelin qui tenta de se rattraper en se mettant devant le troll et en jonglant avec le bras coupé et l’épée. Il fini la gorge enserrée dans la poigne du membre apparemment encore bien vivant. Il fallu l’intervention du tauren pour faire lâcher prise au membre vindicatif, qui fut rendu au troll. C’est à ce moment que mon frère me fit signe de le suivre à travers la foule.
« - Tu ne prend pas ta litière ?
- Je préfère me faire discret quand je vais dans les quartiers louches. On va retrouver mes amis dont je t’ai parler, n’ai pas peur. » Tandis que nous nous enfoncions dans les ruelles sombres, je ressentais un frisson d’apréhension.



*( /HRP je rappelle au cas ou que les elfes de la nuit mène une vie nocturne, en principe ^^ /HRP )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renuel
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Forêt d'Ashenvale, Parc de Stormwind
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: Echos du passé   Mer 19 Juil - 17:05

Voici de petites images des personnages

Darius


Zenach


Thendris


Uli
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyadh
Invité



MessageSujet: Re: Echos du passé   Mer 19 Juil - 22:30

(Question : Ils sont à l'envers car ils possèdent des gènes de chauve souris ? Est ce par fantasie ? Ou mon cerveau qui n'inverse plus l'image reçue comme il faut ? :p)
Revenir en haut Aller en bas
Grif
Initié
avatar

Nombre de messages : 926
Age : 33
Localisation : Jamais longtemps au même endroit.
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Echos du passé   Mer 19 Juil - 23:41

(la planete étant ronde, les personnages étant à kalimdor et toi te trouvant à l'autre bout à Stormwind, ces personnages ont légitimement la tête en bas, exactement comme les chinois dans notre monde qui vivent tous la tête en bas sans le savoir les pauvres.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renuel
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Forêt d'Ashenvale, Parc de Stormwind
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: Echos du passé   Jeu 20 Juil - 17:25

a ma plus grande honte, je viens de m'en rendre compte Embarassed

je vais essayer de resoudre ça, en attendant vous n'avez qu'à regarder votre ecran la tête en bas, ou alors retournez le...
Je ne comprend pas d'ou ça vient, j'ai sauver les images dans model viewer, ensuite je les ai mises sur image shack, et elles se sont retrouvées à l'envers. Quelqun saurait il pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Echos du passé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Echos du passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Echos du passé] N°8 – Septembre 1990
» [Echos du passé] N°11 – Décembre 1990
» [Echos du passé] N°14 – Mars 1991
» [Echos du passé] N°5 – Mai 1990
» [Echos du passé] N°6 – Juin 1990

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature Rédemptrice :: La Rédemption :: L'Auberge-
Sauter vers: