Nature Rédemptrice

Guilde role play World of Warcraft - Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Lettre de Lazara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lazara
Novice


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 18/11/2005

MessageSujet: La Lettre de Lazara   Ven 9 Déc - 2:00

A la demande de Mornaglar et pour une meilleure compréhension des évènements, je poste ce texte-ci sur votre forum !
C'est une lettre envoyée par Lazara, une mage de l'Académie de Stormwind, à ses amis Mahel, Yaëlle et Léandre, après avoir été libérée, mercredi 7 décembre au soir. Ils sont bien sûr les seuls à avoir reçu cette lettre et elle figure donc ici EN HRP TOTAL. Voilà, bonne lecture à vous, j'attends d'éventuels commentaires si vous en avez !


Mahel, Yaëlle, Léandre,
C'est avant tout à vous que je dois ce récit. Depuis la dissolution de l'Ordre des Dragons, vous avez été les seuls sur qui j'ai toujours pu compter, qui ne m'ont jamais fait défaut lorsque j'avais besoin d'aide. Les évènements qui m'ont amené là où l'on m'a retrouvé sont d'une grande complexité car ils se trament depuis des mois à présent. Je tiens à vous détailler tout ce que j'en sais pour que vous compreniez exactement pourquoi j'ai agi comme je l'ai fait.

Tout a commencé avec Ystër. Je vous ai déjà parlé d'elle et vous l'avez peut être déjà rencontrée. C'était mon amie à Stormwind, et nous sommes rentrées ensemble à l'Académie de magie, avant qu'elle la quitte parce qu'elle ne supportait pas la rigidité de l'enseignement. Il y a quelques mois, elle a été arrêtée par les inquisiteurs de la Lumière, traînée en justice pour avoir consulté des documents interdits sur la démonologie. Vous avez je crois assisté au procès au cours de laquelle j'ai pu obtenir sa libération sous condition. Mais elle n'était pas la seule à comparaître au procès : était également jugé un autre homme, dont je tairai le nom par simple respect pour Ystër et le mal dans lequel il l'a entraînée. Il avait été arrêté pour avoir tenté – vainement – de tuer le chef de guerre Thrall, avec le risque de remettre en question la Trêve. Le jury populaire l'a également jugé irresponsable de ses actes, car il est apparu qu'il avait agi sous l'effet d'un puissant sortilège d'Oubli.
Pour autant, ils n'ont pas été immédiatement relâchés. L'Eglise les a astreints à servir la Lumière pendant quelques lunes. De ces quelques semaines qu'ils ont passé, ensemble, au service de l'Archévêque Bénédictus, j'ignore presque tout. Ce que j'en sais, c'est qu'ils ont été envoyés en Kalimdor, et qu'elle a eu là-bas affaire pour la première fois aux membres de la Paix Eternelle.
J'ai su par la suite que la Paix Eternelle était un ordre elfique secret, millénaire, qui combattait depuis quelques années dans l'ombre avec pour objectif la suppression des « races inférieures » et l'établissement de l'hégémonie des Elfes de la nuit. Commandé par le druide Anduyn, il élaborait des machinations visant à relancer la guerre entre l'Alliance et la Horde dans le but de laisser les « races inférieures » se consumer entre elles. L'homme condamné avec Ystër était un pion ignorant de l'un de ces complots, et il avait été manipulé par les exécuteurs de l'Ordre de la Paix Eternelle pour attaquer Thrall au coeur d'Orgrimmar.
Ystër avait oublié mon existence, loin, en Kalimdor. Aussi, lorsque les agents de l'Ordre, qui surveillaient leur ancien pion renégat, virent en elle un moyen de s'implanter dans les Royaumes de l'Est, et qu'ils lui proposèrent de subvenir à ses besoins et accéder à certaines de ses requêtes occultes, elle accepta avec empressement. Elle rompit son engagement auprès de la Lumière et revint clandestinement vers notre continent, avec pour charge le développement de l'Ordre de la Paix Eternelle.
Mais l'homme qui l'accompagnait avait disparu depuis plusieurs semaines. Elle est venue me trouver, et m'a expliqué que pour s'assurer leur loyauté, les avait magiquement liés : s'il trouvait la mort, elle succomberait également et réciproquement. Il m'est alors apparu urgent et nécessaire de retrouver cet homme.
Nous avons mis des indices bout à bout et j'ai retrouvé la trace de l'agent de l'Ordre de la Paix Eternelle qui avait jeté son sortilège d'Oubli à l'homme, une elfe de la nuit nommée Aërwen. Une extraordinaire coïncidence nous aida beaucoup : des mois auparavant, elle avait trouvé mon échope à l'Académie et j'avais enchanté son papier pour le rendre illisible aux regards indiscrets. J'ai pu retrouver la signature magique du journal à travers l'Ether. Après un long rituel d'invocation, les Arcanes m'ont permis d'appeler à nous ledit journal et son possesseur de lors.
Nous n'avions pas été les seules à rechercher le journal. L'homme voulait en savoir plus sur son passé et il s'était procuré le journal, probablement sur le cadavre d'Aërwen. C'est lui qui est apparu lorsque le rituel d'invocation s'est terminé. Après une rixe, il s'est enfui à travers Stormwind en oubliant là le journal. Je l'ai récupéré et je le possède toujours, si vous souhaitez un jour le consulter.
C'est en lisant le journal que j'ai appris l'existence de l'Ordre. Ystër est repartie je ne sais où, et j'ai continué à enquêter à Stormwind, espérant retrouver la trace de l'homme inconnu. J'ai rencontré Shoam, notre ancien chef, et, malgré les griefs que j'avais contre lui, je lui ai demandé son aide pour retrouver Ystër. Il n'a pu lire qu'une page du journal mais cette page lui a suffi.
Je l'ai appris plus tard dans les circonstances que je vous expliquerai par la suite, mais Shoam agissait apparemment pour le compte du dragon Azuregos, qui demeure en Azshara. Il est allé lui faire un rapport et, après avoir consulté ses propres supérieurs, il lui a ordonné d'enquêter sur ce mystérieux Ordre de la Paix Eternelle – davantage mystérieux pour lui que pour moi, puisqu'il n'avait pu lire que la dernière page du journal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazara
Novice


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 18/11/2005

MessageSujet: Re: La Lettre de Lazara   Ven 9 Déc - 2:00

Pour m'assurer de la clarté de ce qui va suivre, je dois vous résumer l'histoire des Aspects – dont il a beaucoup été question dans l'ancien Ordre des Dragons.
Notre monde, Azeroth, a été créé jadis par des divinités, qu'on a coutume d'appeler les Titans. Une fois leur travail de création et d'ordonancement achevé avec Azeroth, ils donnèrent la vie à des entités supérieures dont le rôle devait être de surveiller leur monde et en assurer l'équilibre, pour le protéger de toute menace intérieure ou extérieure : on les appelle aujourd'hui les cinq Aspects, ayant tous la forme de gigantesques dragons. Alexstrasza la porteuse de vie, du Vol des dragons rouges, Malygos le Tisseur de sorts, du Vol des dragons d'azur, Ysera la Rêveuse, du Vol des dragons d'émeraude, Nozdormu l'Eternel, du Vol des dragons de bronze, et Neltharion le Gardien, du Vol qui allait devenir celui des dragons noirs. Hélas, Neltharion ne tarda pas à devenir maléfique et, usant de fourberie et de traîtrise pour s'emparer d'une partie du pouvoir des quatre autres Aspects, il fut écarté et contraint à se cacher après avoir failli triompher sur ses rivaux. Depuis lors, on l'appelle souvent par un autre nom : Deathwing, l'Aspect de la Mort. Les Aspects agissent habituellement discrètement et indépendamment les uns des autres. Pourtant, ils sont tujours solidaires face à leur ennemi juré, Deathwing, et il est habituellement leur seul sujet de préocupation commune.
Si les Aspects semblent agir en marge des société modernes de l'Alliance et de la Horde, ils n'en sont pas moins les gardiens de la stabilité de notre monde et, en conséquence, ils maintiennent un vaste réseau d'agents, et d'informateurs, pour maîtriser en permanence l'information. Il semble que Shoam était l'un de ces agents, avec la mission de surveiller les affaires de Stormwind et de les rapporter à son référent, Azuregos. C'est pourquoi, lorsqu'il rapporta l'existence d'un Ordre belliciste, violent et destructeur, prêt à s'implanter au coeur de la société des humains, les Aspects, à travers Azuregos, lui commandèrent d'en apprendre plus. Il dut s'infiltrer dans l'Ordre de la Paix Eternelle, pour en apprendre plus de l'intérieur, et se faire passer pour l'un des leurs.

Pendant qu'il enquêtait de son côté, j'avais poursuivi mes activités. Découragée par l'absence d'indices, attristée par la disparition soudaine d'Ystër, j'avais fini par reprendre mes expériences à l'Académie de magie, dans le département de magie draconnique qui m'a toujours passionné, ainsi que vous le savez peut être déjà. Au cours d'une expédition dans les Steppes Ardentes, j'ai trouvé par ce qui m'a semblé être un heureux hasard et qui s'est par la suite révélé être un terrible piège, un énorme cristal draconnique rayonnant d'énergie magique pure. Je l'ai d'abord étudié un moment à l'Académie de magie de Stormwind, mais il fallait davantage de la puissance naturelle qui émane des Steppes Ardentes pour canaliser correctement les énergies du cristal. Je me suis donc rendue, avec mes quatre assistantes, dans les Steppes, pour mener une expérience qui promettait d'être grandiose et devait permettre à mes recherches de faire un grand bond en avant.
Nous avons formé un cercle d'invocation et nous avons commencé à canaliser la magie arcanique. Mais tout ceci n'étais qu'un vaste piège, minutieusement préparé par la plus vile et la plus traîtresse des entités de ce monde. A l'instant critique de l'invocation, nous avons été attaqués par un grand Drake noir. Alors qu'il approchait, j'ai senti une puissance incomparable, gigantesque, monstrueuse, se jeter sur les remparts de mon esprit avec une fulgurance que je n'avais rencontré auparavant. J'ai vainement tenté de résister à ses coups de boutoir avant d'être écrasée par la déferlante de son esprit supérieur. Quand j'ai perdu conscience, je savais déjà que mes assistantes seraient mortes et j'étais alors sure de ne jamais me réveiller.
Pourtant, j'ai repris conscience. J'ignore où. J'ignore quand. Je ne me rappelle pas de ce que j'ai vu. Mais je sais que je l'ai rencontré, lui, le terrible, le grand, le cauchemar, le dragon fou et mortel, le fantasme des adorateurs de la mort. Il s'est emparé de ma conscience, de mon esprit et de ma mémoire comme on aspire une bouffée d'air : d'un souffle, sans effort, naturellement. Il a souillé mes synapses de sa répugnante et majestueuse présence, il a pénétré mes défenses mentales sans la moindre difficulté et dès lors, je n'étais plus que l'ombre de moi-même. Il a scindé mon esprit en trois créatures pour mieux m'exploiter : une première, noire et obéissante, qui reflétait mon aspiration loyaliste, une autre, chaotique et violente, qui devait exploiter ma spontanéité, et une dernière, reliquat de toute cela, moi, Lazara, vidée de toutes les autres aspirations que celle d'aimer et d'être aimée.
J'étais devenue l'un de ses pions et, pendant plusieurs semaines, il m'a utilisée comme telle, pour remplir diverses missions pour son compte dont je n'ai pas toujours compris la signification. Il m'a envoyé aux quatres coins d'Azeroth réunir des ingrédients rares pour un rituel qu'il comptait exécuter. Une fois que tous ces ingrédients furent réunis, il me convoqua à Darnassus, et m'ordonna d'attendre entre la ville et Teldrassil.
Ce jour là, Shoam avait requis un rendez-vous avec le chef de la Paix Eternelle, Anduyn, qu'il obtint. Ils avaient rendez-vous à Teldrassil et Shoam le retrouva là-bas. Anduyn lui révéla ce dont je me doutais depuis déjà quelques semaines. Il n'étais pas un Elfe de la nuit. C'était un dragon. Et par n'importe lequel. C'était l'un des corps qu'incarnait Deathwing pour ourdir ses complots. A l'époque, ses motivations m'échappaient, mais il laissa s'échapper Shoam, probablement terrorisé, qui eut juste le temps de prévenir ses maîtres, les Aspects. Mais je captai le signal de Deathwing, et j'interceptai Shoam avant qu'il ait eu le temps d'atteindre Darnassus. Mes gestes, mes pensées, alors, ne m'appartenaient pas, même si j'en avais l'impression. J'étais complètement dominée par ses subtils ordres magiques, lorsque j'ai terrassé le paladin. J'ai ramené son corps inerte à mon maître. Il utilisa alors les ingrédients que j'avais rassemblés, et enferma l'âme de Shoam dans une pierre. Puis, il me confia son corps inanimé, et m'expédia dans la grotte des Steppes Ardentes dans laquelle on nous a retrouvés, avec pour mission de veiller sur son corps jusqu'à ce qu'il décide d'autre chose à en faire. Puis, la porte fut scellée avec le sang du Général Drakkisath afin que personne d'autre que Deathwing lui-même, le Général du Pic Blackrock, et moi, ne puisse rentrer dans la prison.

Je pense avoir à présent compris la signification de ces évènements et je souhaite vous la communiquer. Pourquoi Deathwing a-t-il laissé Shoam s'échapper alors qu'il avait largement la puissance nécessaire pour le réduire au silence ? Pourquoi ce rituel ? Pourquoi la Paix Eternelle ?Il faut comprendre exactement ses motivations. Depuis qu'on l'appelle ainsi, Deathwing cherche à exterminer les autres dragons pour proclamer l'âge du Vol des dragons noirs, celui où lui et ses rejetons règneront sur Azeroth. Aussi, sa principale activité consiste à préparer des plans et des machinations complexes pour piéger les Aspects. Depuis des années, il a travaillé à infiltrer la Paix Eternelle dans l'Alliance pour en faire un groupe de conspirateurs qui éveillerait l'intérêt des Aspects et qu'ils verraient comme une menace. C'est exactement ce qu'il s'est produit lorsque Shoam a fait son premier rapport à Azuregos. Puis, il a révélé à Shoam sa véritable identité, et l'a laissé prévenir les Aspects. Alors, les Aspects ont pris conscience qu'un puissant groupe de conspiration, contrôlé en sous-main par leur plus grand ennemi, était infiltré, tapi au coeur de l'Alliance et pour ainsi dire libre d'agir à sa guise, allant jusqu'à manquer de peu d'assassiner le chef de guerre Orc. Dans l'esprit torturé de Deathwing, les Aspects auraient dû se lancer à l'assaut de certains points stratégies de l'Alliance pour tenter de déloger la Paix Eternelle. Quel aurait alors été l'intérêt pour Deathwing, de sacrifier ainsi son Ordre ? Tout simplement, les généraux de l'Alliance auraient vu que tous les Vols de dragons, à part les noirs, s'attaquent à des points stratégiques de l'Alliance. Et c'est là que le plan de Deathwing est subtil. Vous avez sans aucun doute déjà vu Dame Katrana Prestor, la Conseillère du Roi. J'ai acquis la quasi-certitude que c'est un agent déguisé de Deathwing. Si une telle situation s'était présentée, elle aurait usé de son influence pour lancer l'Alliance dans une croisade contre les Aspects.
Voilà donc où menait le plan de Deathwing : pousser l'Alliance à la guerre contre ses ennemis principaux, les Aspects. Un plan qu'il a élaboré pendant plusieurs décénnies et qui devait prendre fin à ce moment là.

Shoam, sans doute protégé par Azuregos, était apparemment immunisé à la magie de Deathwing, et c'est pour cela qu'il a dû extraire son âme au lieu de la dominer comme la mienne. Fier de m'avoir dominée et de la complexité de son complot, Deathwing n'a pas hésité à me révéler ses plans. C'est ainsi que j'ai pu établir la thèse précédente, et apprendre beaucoup de détails de ce récit. J'ai aussi appris par lui quelques détails sur nos mois d'enfermement.
Les amis de Shoam, comme vous pour moi je n'en doute pas, ont cherché sans succès à le retrouver pendant plusieurs semaines. Ils commençaient à désespérer quand Azuregos, pour les stimuler dans leurs recherches sans révéler l'implication des Aspects dans cette affaire, alla jusqu'à envoyer une lettre à l'une des amies de Shoam, une lettre de menace signée de la main d'Anduyn. Cette lettre, ainsi que quelques autres indices, ont conduit Mahel, Roriir, Souris et Saypa à rencontrer Deathwing qui avait alors l'apparence d'Anduyn, à Teldrassil. Amusé un moment, il a semé le doute en lançant la fausse piste de Mornaglar, le chef de la Nature Rédemptrice, pour ralentir la progression de l'enquête jusqu'à l'attaque des Aspects qui tardait à venir. Agacé par l'acharnement des membres de la Nature Rédemptrice à ne pas suivre cette fausse piste, il profita de la présence de Saypa dans les Steppes Ardentes pour s'emparer de son esprit comme il s'était emparé du mien, avec cependant une plus grande subtilité : il glissa dans son esprit l'idée de tuer Mornaglar et elle n'eut d'autre choix que celui de se plier à la volonté de l'Aspect de la Mort. J'ai eu écho de quelques éléments des troubles qui ont suivi. Je tiens à préciser à tous ceux qui lisent cette lettre que dame Saypa est complètement innocente car elle n'a pas agi avec le contrôle de ses actes, mais jouée par la domination vile de la bête immonde. Plus tard, Azuregos convoqua plusieurs des amis de Shoam et leur expliqua qu'il avait localisé la grotte où nous étions enfermés, ainsi que le moyen de l'ouvrir. Llaena a pénétré le Pic de Blackrock pour aller interroger le Général Drakkisath. Après un combat farouche, elle commença a le questionner, mais il fut abattu par Deathwing, qui dispose d'un ascendant total sur tout son Vol. Elle put toutefois se procurer l'orbe qui fit office de clé pour nous libérer de notre cellule. Vous connaissez la suite.

A l'heure où je vous écris cette lettre, j'ignore où en sont exactement les Aspects. Ils doivent encore se concerter pour savoir ce qu'il convient de faire, mais ils ne tarderont pas à prendre une décision. Une chose est sûre : la menace est gigantesque et, si nous tenons un tant soit peu à préserver la paix et le monde tel que nous le connaissons, la vie relativement paisible de Stormwind, il faut à tout prix faire entrave au complot de Deathwing. Nous devons trouver des preuves de la véritable nature de Katrana Prestor et la confondre en public, ou bien Stormwind toute entière risque d'être ravagée par l'éclatement de la guerre entre les Aspects et l'Alliance. Nous n'agirons pas pour être des héros, mais pour protéger ceux et celles que nous aimons.

J'arrive au bout de mes explications et je réalise combien j'ai été dépassée par le flot des évènements et la spirale des complots parfaitement maîtrisés de Deathwing. Je regrette infiniment l'imprudence qui lui ont permis de s'emparer de ma conscience, et de me faire involontairement son alliée dans l'exécution de ses sinistres plans. Qu'il fût mon ami ou pas n'y change rien : je m'en voudrai toujours pour mon rôle dans l'enfermement de Shoam, et je ne pense pas qu'on me le pardonnera jamais. Je n'en attends d'ailleurs pas tant. Je n'ai que trop conscience que je suis fautive de bien trop de choses dans cette histoire pour ne serait-ce qu'espérer ne pas être durement mais justement châtiée. Je souhaite de tout mon coeur que ces explications vous permettront de comprendre précisément le fil des évènements, de condamner les coupables et de laver les innocents.
Ystër a disparu a présent et vous êtes tout ce qu'il me reste d'amical dans ce monde. Je ne veux pas vous perdre, je ne veux plus jamais perdre personne.
Tendrement,
Lazara.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Lettre de Lazara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre au Commandant Alurn, adressée à toute la garde...
» Lettre en faveur des restes écarlates
» *lettre simple, à écriture rouge sang sur fond noir* Chers Gardes.
» Ouf!! - Le 16.XII.1456 - R - TOP (Lettre du maire)
» Lettre d'introduction de l'ambassadeur Flamand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature Rédemptrice :: La Rédemption :: L'Auberge-
Sauter vers: