Nature Rédemptrice

Guilde role play World of Warcraft - Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Bruissement des Vagues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues   Mar 8 Nov - 15:33

Les vagues s’échouant sur la plage, l’odeur marine de l’iode et le bruissement de la houle caressa quelques planche de bois.
Le crissement des oiseaux marins comme seul sonorité de cette magnifique journée, le vent alla danser avec les feuillages exotiques des palmiers.
Un colibri se posa sur une feuille…
La petite stature de cet oiseau des îles, butina quelques pucerons aspirant la sève de l’arbre, en créant un doux nectar sucré délectant les fourmis rouges, autochtones, élevant c’est batterie d’insecte pour leurs colonies.
Après un mets de choix, l’oiseau-mouche pris son envole pour avancer vers la plage…
Un étrange rayonnement attira son attention…
Jonché sur le sable blanc, minuscule grain de pierre millénaire, quelques planches brisées…
Les vagues, toujours continuant leurs balais aquatiques, tentant à chaque instant de gagner un combat éternel sur une plage brûlante, ce heurtèrent cette fois, à ces quelques objets recrachés de l’océan…
Le colibri se posa sur l’une des planches, approchant l’objet brillant en son extrémité…
Marchant avec prudence, il posa ses pieds minuscules sur une surface plus mole et froides, à quelques centimètres de l’objet éveillant sa curiosité.
Tentent de picoter cette surface étrange, surpris fut-il, quand une perle rubis sortie de la surface !
Buvant à cette goûte de liquide rouge, il se rendit rapidement compte que le goût du sang n’était pas adapté à ses préférences culinaires.
La surface molle bougea !
Prenant rapidement son envole pour fuir un potentiel prédateur, le colibri déposa ses pattes sur une feuille alentour des arbres bordant la plage.
Un petit tas de planche bougea à nouveau…
En dessous, une créature de grande taille entama une recherche d’ombre, sous le soleil flamboyant…
Tirant son corps par la force de ses avants bras, sur cet océan de sable, l’humanoïde atteint enfin l’ombrage d’un groupe de palmier.
Son doigt saignant, l’humanoïde retira sa bague pour la placer ailleurs, s’essuyant ensuite sur le bas de sa robe mauve, son doigt endolorie.
Les lèvres gercées par la soif et son visage blanc de sable, l’humanoïde regarda vers la forêt, d’où une forme apparut.
Sa vision trouble l’empêcha de discerner les traits de son visage, mais de la présence de longue oreille la fit sourire…

- San… Sander… Est-ce toi… ?

La forme se pencha sur le sol pour saisir une noix de coco.
Plantant sa dague à l’intérieur, l’inconnu se pencha sur l’Elfine blessé.

- Boit…

Gwendolline, assise contre le palmier ne se fit pas prier, buvant goulûment le jus de coco.
Relevant son visage face à la forme, elle put reconnaître, de part sa peau bleutée, la présence devant elle, d’un troll.

- Me… Merci…
- Votre navire c’est brisé pendant la nuit, j’ai bien peur que vous ne soyez la seule survivante…
- C’est… C’est à cause… de la… Maladie…

La Prêtresse d’Elune s’évanoui soudainement…
Le troll déposants sa main sur son front, grimaça.
Se redressant, il saisit des lianes et quelques planches de bois pour en faire un traîneau servant de civière…

En cette splendide journée, deux êtres s’enfoncèrent dans la jungle.
L’un tirant l’autre…


A plusieurs lieu de la, au port de Menethil, la capitainerie n’enregistra pas le passage du navire en expédition pour le Northrend…

Navire, qui auraient du passer par le port, pour ce ravitailler en eau douce…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 2   Mer 9 Nov - 7:34

Cher journal,

Voici maintenant plusieurs jour que le bateau c’est échoué…
Je ne comprends pas comment un tel drame à put se produire sans que je n’y pense…
Maudite soit la peste gobeline. A cause, de cette calamité, notre équipage a succombé très rapidement en pleine mer.
Je pensais les marins gobelins de Booty Bay, immunisé à cette maladie, mais ce ne fut pas le cas.
Quarante huit heures de cauchemar…
Entre des émeutes à bord, des tentatives inespéré de sauvetage par des remèdes chamanisme et autre croyance stupide, où encore le suicide a coup de mousquet du capitaine, je me suis rapidement retrouvé seul à bord…
Ils avaient pourtant dit que c’était une mauvaise idée de faire monter une femme à bord…
Ca porte-malheur qu’ils disaient !
Moi qui ai servi 30 ans sur l’Arpenteur, les chiens…
Repos à leurs âmes à présent… Elune garde ses pauvres âmes et soit-elle louée pour ma survie.
Mes jambes ont l’aire d’allées mieux… Sûrement brisé pendant la tempête qui précéda le naufrage, je bénis Elune de m’avoir donné la conscience d’esprit de m’agripper à ses quelques planches de bois…
Les remèdes et l’attelle que le shaman m’a fait, ont l’air de porter ses fruits, mais la magie salvatrice de la déesse n’y est pas pour rien dans ma guérison rapide.
Les Trolls qui m’ont accueillit son étrange. Non point sur le faite qu’ils ne m’aient pas découpé pour me manger, mais par leurs coutumes de vies.
Ici rien ne les ennuis.
La chasse, la pêche, fumer le tabac et les relations sexuels semble être leurs seuls passes temps.
J’ai eu de la chance d’avoir était recueillie par le shaman, car il à permis de m’introduire rapidement dans cette tribu.
J’avais passé une fois, une après midi à Stormwind, à lire les rapports de l’Amiral Proudmoore concernant les tributs indigène comme étant des cannibales sauvage et dépourvue de sens moral.
Ce que je vois devant moi n’est rien d’autre qu’un paisible village, vivant en stase avec la nature qui les entours.
Sans doutes est-ce cela que le panthéon attendait de nous quand ils nous ont créés.
Protéger notre terre…
La douleur me reprend et la fièvre n’a pas baissé…
Sans doute un effet secondaire du vaccin contre la Fièvre des Maleterres dons Booty fut victime lors de mon départ.

Vous me manquez mes amis, j’espère vous revoir bientôt…

- Professeur Gwendolline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 3   Jeu 10 Nov - 14:50

Les caresses solaires réveillèrent Gwendolline de son sommeil.
Relevant les yeux sur le plafond de cette hutte recouverte de feuillage en guise de toit, elle se tourna et posa pied à terre, cachant sa nudité par la couverture faite en tissage d’herbe sèche.
A coté d’elle, pendent à coté d’un crane de singe et de quelques herbes exotiques, sa robe mauve et blanche trôna face à l’Elfine.
S’en saisissant, la prêtresse d’Elune revêtis son habit avant de sortir prendre l’air.
Au dehors, quelque trollesses aborigènes occupés a allumé un feu de camps ou trône au-dessus une grande marmite, tournèrent leurs visages étonnés vers Gwendolline, s’étirant au bon matin.

- Ainsi vous êtes guérie.

Surprise, Gwen se tourna vers le Troll venant de lui parler.
Souriante, l’Elfine plissa son regard avec douceur avant d’entamer à son tour la conversation avec le shaman.

- Merci de vos bons soins, Shaman.
- Je n’allais pas laisser mourir une Keldorei sur la plage tout de même…
- Certains de vos confrères de la horde se seraient fait un plaisir de me traîner d’abord en forêt pour me faire mijoter dans une marmite.
- Parce que vous pensez que ce n’est pas d’actualité ?

Le Shaman esquissa un sourire, dévoilant ses dents incrustées de fer.
Gwendolline frémi !
La sensation de peur l’envahie, parcourant son échine d’un long flux glacial lui faisans avaler ça salive de travers.
Les trollesses observant sa frayeur, se mire à rire en même temps que le Shaman, entrant dans un fou rire à son tour.
Soupirant de soulagement, Gwendolline put reprendre sa respiration.
Sans doute, venez t’il de lui offrir l’une des plus belles peurs de ça vie.
Pour les autochtones, ça devait sûrement être là, un moment de rire dont il parlerait sûrement à leurs proches pendant des mois.
S’installant, Le Shaman et la Prêtresse discutèrent longuement…

- Ainsi vous n’êtes pas au courant de la première et seconde guerre ?
- Je ne savais même pas que mon peuple n’était plus maître des terres d’Azeroth… C’est attristant que nous ayons ainsi était abandonné d’Hakkar.
- Je ne vous demanderai pas votre age, mais je suis notamment surprise de votre connaissance d’Hakkar, au vu de votre évolution au saint de ce village.
- Ne vous méprenez pas. Je ne suis pas un natif de ce village mais un échoué comme vous. C’est Troll mon recueillie comme je l’ai fait avec vous, Keldorei, mais c’était il y a bien des cycles de cela… Mais dite moi… Je n’ai jamais vu d’Elfe aussi pale que vous, vous avez une maladie de la peau ?
- Hé ! Hé ! Non. Je suis une Elfe de la Nuit.
- Une Elfe de… La Nuit !?
- Cela même.
- Mais qu’est-ce que c’est que ça encore ? Une évolution ?
- Mais non, les Elfes de la Nuit sont ceux de votre race qui on but au puits d’éternité.

Le Shaman resta perplexe… Cette révélation, bien loin de l’enchanté, l’ennuya surtout de part sa complexité. Apercevant sa moue désapprobatrice, Gwendolline enchaîna la conversation.

- Mais dite moi, voici deux semaines que je suis alité et aujourd’hui je suis enfin prêtes à reprendre un peu de marche.
- Je pense que vous êtes guérie, oui.
- Y a t’il des cadavres sur la plage ? Des Gobelins ?
- Les chasseurs m’ont indiqué la présence de cadavre oui, les ruines de votre navire sont toujours échoués à quelques lieux de cela sur les récifs de notre île.
- Entendu…

Après une collation, les deux convives se rendirent sur la plage…
Devant Gwen s’étala les ruines de ceux qui fut le Glaive des Mers, fier navire de la flotte du comptoir Gentepression.
Echoué sur un roché, bordé de récif de coraux rose, le navire se cabrant comme un fier destrier, laissa témoignage du terrible choque qu’il subit.
Sur la plage encore, quelques crabes se délectent des carcasses pourrissantes au soleil des gobelins morts…

Il fallut bien une journée entière pour rapatrier les corps…
Et c’est quand la nuit tomba, qu’un feu immense s’illumina sur la plage, rendant grâce au étoile, la lumière flamboyante des corps des défunts.

Ce soir la…

… Des chants indigènes guidèrent les âmes défuntes vers leurs dernières demeures…

… Sous les larmes d’un docteur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 4   Ven 11 Nov - 13:31

Cher journal,

Voici à présent un cycle de lune que je suis sur cette île.
Le clan Troll qui ma recueilli ce nome le Clan Spearwood.
Leur mode d’habillement est quelque peu précaire, mais ce qui ma surprise c’est cet onguent bleu dont il s’induise.
Ragnarok, le Shaman du clan m’a exhorté à faire de même, me précisant que ma robe ne me sert à rien dans une jungle aussi épaisse.
J’avais déjà fait ce constat lors de mes voyages en Strangleronce, mais je ne pensais pas qu’à long terme cela devrait être indispensable.
En effet, ma robe du dévot, certes me tiens chaud, mais les moussons commencent, je suis constamment en pleine humidité et mon corps pèse de plus en plus lourd.
A ce rythme la, mes vêtements vont se moisire et se désagréger.
Hier, j’ai donc pris la décision de me vêtir comme mes hôtes.
J’ai abandonné ma tenue de grande prêtresse et mon tabar de médecin pour une sorte de pagne.
M’enduisant le corps de cet onguent bleu, je me suis rendu compte qu’il agit sur la peau comme un vêtement. M’isolant de l’humidité et du froid.
C’est tous simplement extraordinaire. Cet onguent et tiré d’un arbre dont la sève et prélevé et mélangé avec une argile et quelques plantes qui lui donne son aspect bleuté.
Après un chauffage de la mixture, le produit perd son aspect visqueux pour épouser une forme plus huileuse.
C’est le shaman qui m’aida à m’induire…
Ce dernier badigeonna mon corps entier de cette mixture sans aucun geste déplacé, ce qui me surpris grandement.

Hier soir la lune était pleine, comme au soir du naufrage.
Chaque jour, la mer recrache des cadavres que nous brûlons chaque soir.
Et chaque soir, le même cérémonial pour rendre grâce à l’âme des marins défunts.
Qui aurait put croire que je serai la seul survivante de ce drame.
Teiana, Elissande, Fany, Nosgoth, Hatonjan, Mornaglar et vous autres, amis du continent. J’aimerai tans vous faire signe de ma présence et vous dire ô combien je vais bien.
Si mes calcule sont bon, nous aurions du nous ravitailler à Southshore il y a trois jours de cela, mais bien entendu, notre non-passage à Menethil à dû éveiller quelques doutes…
Je dois retourner sur le bateau…
Je dois à tout pris récupérer le journal de bord du capitaine, les cartes, son sextant et faire sonner la cloche du navire.
Mon matériel de soin se trouve sûrement encore à bord, ainsi que le Minuscope.
En espérant que la furie de la mer n’a pas emporté ce dernier…
Demain je prendrai une barque et j’irais sur place…
Ho ! J’y pense…
Je ne t’ai pas parlé de Littleaxe, le chef du village. Je m’attendais à un archétype du macho sans cervelle usant de ses muscles pour se faire respecter, mais je fut surprise de me rendre compte qu’il n’est pas le meilleur combattant, mais le meilleur chasseur.
Ce dernier à trois épouses, qu’il respecte et honore comme il se doit. Cette civilisation à tellement de mystère que chaque jour je suis émerveillé à découvrir les raisons et les aboutissants de chaque attitude culturelle.
En effet, un bon chasseur et une personne qui ramènera un maximum de nourriture au village mais aussi à ses compagnes. Pouvant ainsi prendre en charge plusieurs « femelle », il en entretiens donc ses dernières et ça progéniture.
On reconnaît un bon chasseur, non pas au nombre de gibier qu’il apporte, mais au nombre de ses épouses.
D’ailleurs comment n’aurait-je put voir le sourire plein d’insinuation que me lance Littleaxe à chaque fois qu’il me regarde…
Est-ce du désir ? De la jalousie envers Ragnarock dont il pense que je suis une courtisane ou bien de la pitié devant mon ignorance d’une culture dont je n’ai aucun repère si ce n’est ceux que l’on m’enseigne…
Hier le shaman à raconter une histoire au coin du feu… L’histoire de deux enfants se baladant en foret malgré l’exhortation de leurs parant. Et quand un tigre leurs tomba dessus, il furent dévoré.
Le shaman m’expliqua que cette histoire contenait plusieurs degré de moral, et que la sagesse d’une personne se mesure à ses degrés de compréhension.
J’en ai trouvé deux personnellement, ce qui surpris le shaman, mais garda légitimement pour lui les autres niveaux.
Sans doute est-ce pour montrer et me rappeler que je suis leurs invités et non point un membre de la tribu.
Le temps s’écoule à présent et la journée de demain sera difficile en effort et moralement…
Ce soir, l’œil d’Elune m’observe et les étoiles me sourient.

Isha Féra.

Gwendolline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Information   Ven 11 Nov - 13:34

RP :

L'expédition organisé par le cartel gentepression devant installer un comptoir dans le northrend à semble telle eu quelques soucis.
Selon des sources de la capitainerie de Menethil, le bateau aurait du appareiller, il y a déjà plusieurs jours au port pour faire le plein d'eau.
Southshore auraient du voir le bateau accosté il y a 2 jours pour le ravitaillement en nourriture.
Le Baron Revilgaz n'a pour le moment rien déclaré tans qu'à un possible échouage du navire et à la possible disparition en mer des membres d'équipage, d'ingénieur Gobelin et du Professeur Gwendolline Amalstone, en charge médical de l'expédition marine.




Hrp :

Voici les informations officielles de ce qui se dit un peu partout concernant l'expédition du Northrend.
Je publie actuellement plusieurs partie du Roleplay qui suivent leurs cours et peu évoluer selon les actions effectuées sur le continent.
Je tiens à préciser qu'une porte de sortie existe mais qu'elle sera modifiée volontiers pour laisser place à l'imprévu qu'impose le roleplay que pourrais engendrer des joueurs motivés pour se faire une mission de sauvetage.
Je joins ici les adresses des différents foras ou j'ai posté la Chronique du Bruissement des Vagues :

--> Forum Wow-Roleplay : http://www.wow-roleplay.com/vb/showthread.php?p=11689
--> Forum JeuxOnline : http://forums.jeuxonline.info/showthread.php?t=607503
--> Forum Ishara : http://epee.ishara.free.fr/forum/viewtopic.php?t=196
--> Forum Hospitaliers : http://hospitaliers.free.fr/index.php?topic=7.0
--> Forum officiel : http://forums-fr.wow-europe.com/thread.aspx?fn=wow-realm-kirintor-fr&t=9204&p=1&tmp=1#post9204

Mes Messages privés reste ouvert sur tous ses forums pour toutes questions ou demande d'action si vous n'êtes pas sur de votre coup.
Plus que de sauver mon personnage (qui en définitive le sera peu être :p ), il s'agit la de lancé une event sur forum qui pourra ce terminer par une animation IG selon les actions effectué sur les forums.
Si les MP ne vous plaisent pas, voici mon adresse @mail : layeliss@aol.com

A vos plumes ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grif
Initié
avatar

Nombre de messages : 926
Age : 33
Localisation : Jamais longtemps au même endroit.
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Le Bruissement des Vagues   Ven 11 Nov - 19:49

Je suis sur place depuis un bon moment avec 170 personnes au bas mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le Bruissement des Vagues   Sam 12 Nov - 3:05

Je t'invite a me contacter en MP est a m'expliquer le sens de ton poste j'ai absolument rien compris ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mornaglar
Maître de la Nature Rédemptrice
avatar

Nombre de messages : 2453
Date d'inscription : 24/05/2005

MessageSujet: Re: Le Bruissement des Vagues   Sam 12 Nov - 5:55

Il dit qu'il est parti à Northrend avec 200 nains aussi fous que lui.
Je t'invite à lire son journal qu'il a écrit chaque jour depuis ou presque, cela t'aidera sans doute à le localiser si tu t'en approches.

http://nature-redemptrice.forumactif.com/viewtopic.forum?t=306

_________________

Maître de la Nature Rédemptrice
Classe : Druide
Professions : Ingénieur, Mineur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grif
Initié
avatar

Nombre de messages : 926
Age : 33
Localisation : Jamais longtemps au même endroit.
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Le Bruissement des Vagues   Sam 12 Nov - 11:05

Je pense qu'il connaît mon journal, vu la large inspiration de ses propres textes :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le Bruissement des Vagues   Sam 12 Nov - 14:05

(Ha ok ^^ Je pige mieux Wink
Gwen est loin du Northrend je te rassure :p
Des noie de coco y'en à pas beaucoup dans un pays de glace :p)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 5   Sam 12 Nov - 14:05


- Pense-tu que ce soit une bonne idée d’aller déranger le repos de ce navire, Gwendolline ?
- Je dois absolument récupérer mon matériel Ragnarok, quand je l’aurais en main, je pourrais à mon tour partager ma connaissance avec vous.
- Ta connaissance ? Mais à quoi bien pourra t’elle nous servir ?
- Vous servir ?

Gwendolline, harnachant solidement une corde contre quelques rondins, se tourna en grimaçants vers le shaman troll, qui la regarda sans comprendre ou voulez en venir l’Elfine.

- Je suis médecin dans mon pays, Ragnarok, ce qui veut dire que je connais les sciences qui permettent de soigner les êtres vivants.
- Va donc, si tu pense que c’est la bonne solution, mais pense bien qu’en apportant le progrès chez nous, tu apportes un déséquilibre dont nous n’avons pas besoin. Donc soit prudente, dans ce que tu ramèneras.
- Je comprends t’es crainte, Shaman, mais je dois commencer à préparer mon retour chez moi.
- Ta terre te manque tous comme les chants de la forêt me manqueraient si je venais à aller dans les grandes cités de pierre, dont tu ma décrit l’existence.

Gwendolline lui sourit, et terminant son nœud marin, les deux compères poussèrent la barque à l’eau.
La prêtresse pris quelques rames de fortune, taillé à même des planches et se dirigea vers le navire fantôme.
Après une bonne demi-heure de pagaillage intensif, Gwen harnacha son embarcadère à une rampe de la passerelle. Grimpant à bord du navire.
Sur le pont, quelques squelettes de gobelins sont encore présents, sûrement dévoré par les charognards des mers que sont les mouettes.
Une légende parle de ses dernières, comme étant d’anciens marins morts en mer s’étant réincarné dans ses oiseaux aux cries stridents.
La seul chose que put voir Gwendolline c’est bien un nouvel exemple du cycle naturel.
Soupirant de tristesse, la prêtresse entra dans ce qui resta de la cale du navire pour rejoindre ses appartements.
Un bruit étrange attira son attention…
Saisissants sa dague tribale, la doctoresse approcha avec précaution du bruit provenant de sa cabine… Poussant la porte avec délicatesse…
Devant elle, un humanoïde retourné, occupé à manger le contenu d’un tonneau de baie lunaire, surpris Gwendolline qui se recula vivement.
Les écailles et ses épines dorsale ne mentaient pas sur la présence de cet invité !
Le Murloc tourna son regard vers la porte et, lâchant sa pitance, s’approcha dent menaçante, vers Gwen.
La Prêtresse d’Elune se ressaisie et invoqua lentement un sortilège d’ombre dont elle assena d’un coup vif la créature !
Cette dernière tentant vainement de s’enfuir, tomba sous le coup du mot de l’ombre et s’engouffra dans la mort.
Gwendolline acheva la créature en la poignardant à la gorge, son sang verdâtre se déversant sur les planches du navire…
Entrant dans sa cabine avec attention, Gwendolline ce saisi rapidement de sa trousse de soin, de quelques potion ainsi que de ses cartes personnelles.
Un grand soupire de soulagement la rassura quand elle aperçut la présence du Minuscope, renversé dans un coin de la salle.
Priant pour qu’il ne soit pas cassé, elle le déposa, lui aussi, dans ses affaires et quitta sa cabine.

Un peu plus tard, après avoir visité la cabine du capitaine et récupéré son mousquet, Gwendolline retourna sur le pont pour s’approcher de la cloche du navire.

- Le Glaive des Mers…

Un long soupire suivie la lecture de l’écriteau sur l’armature de bronze…

- Repose en paix, arpenteur des mers.


Lors de son retour, dans la jungle, certain purent raconter l’ouï d’un sonnement de cloche…

Chantant la dernière aventure d’un navire qui emporta à son bord tout son équipage goblinoïde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 6   Dim 13 Nov - 15:30

Cher journal,

J’ai enfin récupéré mon matériel… Quel soulagement !
Ragnarok fut surpris d’apercevoir ô combien la médecine à évoluer depuis des temps immémoriaux.
Le minuscope fut sans doute l’élément qui le déstabilisa le plus.
Il ne daigna plus m’adresser la parole pendant deux jours.
Et quand ce fut le cas, c’était pour me demander de réfléchir soit à un possible retour sur le continent ou bien à construire une hutte qui m’appartiendrait, car vivre plus de deux cycles avec un ôte du sexe féminin sans avoir consenti un mariage est interprété par les Spearwood comme une hérésie à la nature.
Une violente dispute éclata en effet entre Littleaxe et Ragnarok à mon sujet. Concernant mes réelles motivations ou bien un potentiel avenir avec les Spearwood.
Que faire ?
Voilà quelques jours déjà que je réfléchis à la potentialité de vivre avec cette tribu jusqu’à la fin de mes jours.
N’est-ce pas cela l’aspiration au bonheur ?
N’est-ce pas la une vie recluse de toutes responsabilités ?
Que dirais mes proches, moi qui fut membre éminent d’un gouvernement civil en capitale humaine et qui aujourd’hui me retrouver habiller en seul pagne pour cacher mon intimité.
Au diable les responsabilités !
Toute ma vie j’ai poursuivi mes aventures marine à la recherche d’une île comme celle-ci !
Je repense à mon mariage avec Sander, à nos 5 ans de vie commune sur cette île lors de l’attaque de l’arpenteur par un corsaire de la horde.
Notre mariage à dut mourir le jour où, l’ont as décidé de regagner le continent et la civilisation.
Aujourd’hui, j’ai enfin cette seconde chance. Seconde chance de retrouver ce que j’avais perdu.
J’eut beau être professeur de machin, administratrice de bidule ou ministre de truc ! Rien ne peu remplacer le bonheur que j’ai à être au coté de ses gens.
Je me retrouve ici…
Je retrouve ce que j’avais perdu, il y a 25 ans de cela en rentrant à Auberdine.
C’est décider…
Demain j’annoncerai à Littleaxe que je veux entrer dans le clan Spearwood et que je prendrai en épousailles Ragnarok s’il consent m’accepter comme femme.



C’est étrange de relire ce premier paragraphe, c’est la que je me rends compte ô combien les valeurs au quel je croyais ne sont qu’en faite fétu de paille devant les flammes de la tentation.
Consumé par ma propre ambition, ils se sont aujourd’hui évanouis, car ces planches de fortunes n’on rien à enviés à cette île du bonheur à laquelle j’aspirai depuis toujours.
Le mariage d’amour, cette idiotie moral qu’ont nous inculque…
Je sais ô combien un mariage avec Nosgoth aurait été voué à l’échec tous comme celui avec Sander c’est terminé dans les larmes.
Un mariage n’est-il pas un engagement avec une personne pour partager les mêmes centre d’intérêt ?
J’ai de moins en moins envies de rentré sur le continent…



En parlant de continent, j’ai fais quelques expériences de cartographie. Je suis à 5000 miles des cotes de Strangleronce, aucun navire ne passe dans le coin étant donné que le courant marin et inverse et se dirige vers Booty Bay.
Le capitaine à eu tord de vouloir remonter la côte de sud en nord, plutôt que de faire une traversé direction Théramor, profitant des courants du Maestrom pour ensuite regagner le nord en faisant escale à Southshore.
Cette incapable de capitaine à bien fais de se suicider. Je n’imagine même pas la tête du Baron Revilgaz quand il va apprendre cette erreur de navigation et bien sur la perte de tout un équipage en mission pour l’installation d’un comptoir Gentepression en Northrend.
Demain j’écrirai un mot dans une bouteille, je sais que le courrant la mènera sur les cotes de Strangleronce.
J’écrirai un mot concernant l’accident du bateau et son sinistre bilan gobelin.
Je ferai part de mon état de santé aussi.

La nuit est à présent tombé, et les faibles lueurs du feu de camps m’empêche de continuer l’écriture de ce journal.
Ce soir, si Ragnarok veux une femme, il ne sera pas déçu…

Tiens…

Je l’entends arriver…


- Gwen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 7   Lun 14 Nov - 3:39

Le feu resplendissant dans la place principale du village, une elfine approcha…
Vêtu de sa robe du dévot et de ses atours de prêtresse, son pat cérémonial, se rapprocha vers le flamboyant.
A coté du chef du village, un autre Troll, vêtu de ses habits de cérémonie et de sa couronne des esprits.

- Devant les esprits en cette soirée, Ragnarok, tu prie les ancêtres de te donner bénédiction.
- Devant les esprits ce soir, je prie les ancêtres.

Le ton solennel du shaman fit sourire Gwendolline.
En cette soirée ou le feu central illumine la clairière du village et ou chaque habitant porte un flambeau, la prêtresse d’Elune approcha à nouveau pour ce placer au cotés de Ragnarok.
Ragnarok se tourna vers sa promise et lui sourit, avant de prendre la parole.

- Les esprits nous accompagne ce soir… Puissent les ancêtres consentir notre union !

A cet instant ! Le feu de camps devint d’un vert éblouissant !
Une explosion se fit entendre et tout, revint à la normale…
Les habitants du village, surpris, reculèrent par réflexe du foyer central.
Seul Ragnarok resta impassible ; souriant à Littleaxe, lui aussi sur ses gardes.
Gwendolline laissa échapper un rictus moqueur en direction de Littleaxe, avant d’elle aussi, prendre la parole.

- Elune me guide ce soir. En symbiose avec les esprits, la déesse puisse t’elle accepter l’union sacrée en cette soirée.

Le shaman pris des herbes, qu’il jeta au centre du feu, laissant dégager une douce odeur…
Les bruits des jubés commencent à raisonner, une épaisse fumée blanche, envahie le camp.
Les champs tribaux remplaçants les soupirent de stupeur, le mariage battit son plein sous une pleine lune resplendissante.
Les deux époux, l’un a coté de l’autre au coin du feu, regardèrent se présenter devant eux, les offrandes.
Quand la liste de c’est dernière prirent fin, Ragnarok se tourna vers Gwen, lui accrochant autour du cou un symbole tribal.

- C’est la marque de notre clan. Tu es du clan Spearwood à présent.
- C’est un immense honneur, mon époux.

Le sourire ravis de Gwendolline et ses yeux humide, trahir sont émotion, malgré le ton cérémonial en rigueur.

- Laissez moi vous offrir un présent, mon époux.

Gwendolline pris la broche qui orna sa coiffure. Une superbe broche elfique qu’elle gardait depuis sa plus tendre jeunesse.
La prêtresse glissa la broche au collier tribal de son époux, qui regarda sa compagne avec lui aussi, un sourire de bonheur.

- C’est une broche, que j’ai reçus du Baron Revilgaz. C’est pour moi un sceau d’une grande importance. Et ce soir, mon époux, je vous en fait cadeau nuptial.
- C’est un grand présent que tu me fais Gwendolline. Je t’en remercie. A présent que tu es une Spearwood, tu prendras un nom tribal.
- Un nom tribal ?
- Oui, c’est le nom qui permettra aux esprits de te reconnaître.
- Que la tradition soit respectée, mon époux.
- Ainsi les esprits mon soufflé ton nom astral…

Gwen le regarda avec un regard d’attention.

- Les esprits mon soufflé le nom de Neysha.
- Neysha est donc mon nouveau nom.
- Ainsi les esprits ont parlés, Neysha. Soit mon épouse.
- Elune soit loué, Ragnarok, soit mon époux.

Les deux marié ce sourire.
Les yeux s’entrecroisant, l’un approcha de l’autre avant qu’un doux baisé, ne vienne clôturer cette cérémonie.
Sous la pleine lune, et les rythmes endiablés des jubés.
Sous les danses et les champs tribaux.
Sous les flammes et l’air marin.

En cette soirée de deuxième cycle lunaire, deux soupires s’unir, dans un même désir.

Ce soir là, Gwendolline Amalstone mourut…

… Pour devenir Neysha…

… Neysha du clan Spearwood…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 8   Mar 15 Nov - 5:43

Cher journal,

Voici maintenant plus de deux cycles lunaires que je suis ici.
Après mon mariage avec Ragnarok, la vie au village pris une tournure différente pour moi.
J’étais jusque là, une inconnue. Un hôte, tout au plus…
Un hôte qui reste avant toute une étrangère.
A présent que le mariage m’unie à mon époux et qu’ainsi le clan m’accepta parmi eux, je suis Neysha Spearwood, du clan Spearwood.
C’est étrange de changer de nom, du jour au lendemain…
Mais j’ai l’impression que le nom de Neysha m’est si familier, que c’est naturel pour moi de me tourner en entendant mon nouveau nom.
Sans doute, est-ce la, mon nom divin ?
Celui que les esprits mon soufflé à ma naissance…
Je suis si heureuse…
Certain pourrait être horrifié à l’idée, qu’un Elfe de la Nuit se soit marié avec un Troll.
Et pourtant, n’est-ce pas le bonheur qui compte ?
Les apparences sont si futiles.
Notre physionomie de plus et presque pareil à l’exception de ses dents, mais je sais, et je suis certaine, que nos espèces sont compatibles pour ce qui est de la reproduction.
Après tous, ne somme nous pas des Trolls transformés par le puits d’éternité ?
Le village a fêté notre union comme il se doit.
Je ne pensais pas que le mariage revêtait une telle importance pour se rappeler que l’union fait la création.
Ce qui ne peu s’unir, n’est pas voué à ce marier. Car le mariage chez les Spearwood est avant tout régis par les esprits, et eux seul, décide ce qui est bon ou mauvais en terme de partage conjugal.
Le devoir marital et simple chez les Spearwood. Honorer, coopérer et protéger.
Ragnarok part à la chasse, je prépare le dîner. Il me protège des dangers et je le protège de lui-même. Et bien sur, il m’honore autant que je le fais moi-même.
Rien de bien sorcier et qui, de plus, me donne du temps pour mes études local.
J’étais bien loin de m’imaginer, qu’un idéal de mariage pareil pouvait exister.
C’est tout bonnement extraordinaire.
Aucune contrainte, aucune obligation, pas de tralala, je t’aime, moi aussi.
Nous nous sommes unis pour partager le fardeau de la vie, dans le respect mutuel l’un de l’autre et dans la coopération entre nos frères de clan.
Cette société est bien plus évolué que ce que je pensais.
Je me suis amusé à transposer cette culture pour les grands peuples, et le résultat est idéaliste.
Un peuple qui se respecterait les uns entre les autres. Sans individualisme accentué, mais une coopération entre tous, qui laisse tout de même place à l’aspect personnel de chacun.
Une vision globale de la vie et une direction de conscience spirituelle, pendant que les soucis de la vie sont vu personnellement mais avec l’aide d’une communauté entière.
Voilà qui auraient put éviter deux guerres…
La mousson va bientôt arriver selon mon époux. Et il va être temps de quitter notre village pour s’enfoncer un peu plus dans les terres. Car la période de mousson et significative ici, de condition climatique extrême. Comme des tempêtes tropical pouvant dégénérer au cyclone.
En s’enfonçant dans les terres, nous gagnerons un village troglodyte, taillé à même la pierre.
Quant je lui ai posé la question de savoir pourquoi les Spearwood ne restez t’il pas dans ce village ? Ragnarok me répondu que les Spearwood sont isolés de la mer, dont le poisson est une denrée élémentaire à l’équilibre nutritionnel des membres du clan.
Cela me fit prendre conscience d’une chose…
Il va falloir faire des réserves.
Et il est vrai que de toute façon, le climat deviens de plus en plus difficile ici.
Le baume bleu me protège du froid et de l’humidité, mais notre hutte prend l’eau assez rapidement, ce qui pose un problème évidant…
Ne parlons pas de l’hygiène…
Moi qui suis si à cheval sur ce principe, je me meure parfois d’observer certaine pratique de la vie courante.
Mais à y réfléchir… N’est-ce pas là, une façon efficace de créer en soit des défenses immunitaires contre des affections nombreuse et courante de la jungle ?
Le Minuscope ma déjà révélé bon nombre d’information très importante sur mes Mininsecte locaux.
J’ai découvert des choses merveilleuses concernant les différents remèdes de Ragny. Comme le faite que la plus part agisse sur les mininsectes d’une façon si efficace que ma magie divine et parfois plus lente à agir que les plantes que je découvre.
Mes connaissances en alchimie mon permis d’en extraire des potions et divers remède que je mets à disposition du clan.
Mon époux rentre, et il est temps pour moi de préparer le repas.
Puisse mes proches se sentir bien, et les esprits veiller sur eux, jusque dans leurs sommeils.

Isha Féra.
Elune soit louée.


- Neysha Spearwood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 9   Mar 15 Nov - 17:00

La nuit bruissant du chant d’étrange d’insecte inconnu et des piaillements d’oiseaux nocturnes, une ombre approcha calmement de la luminosité.
Cela faisait sans doute deux jours qu’il guettait au même endroit, tous les soirs, observant le feu au centre de la clairière…
Soudain, la raison pour laquelle l’ombre aux yeux rouge était présente depuis des jours, approcha.
Un enfant Troll.
Armé de son arc, il sortit discrètement de sa cahute en direction de la forêt, faisans signe à un autre troll, apparaissant à son tour.

- Chuuuuut, où ont va nous surprendre !
Dit-il en chuchotant.
- Je fais ce que je peu…

Les deux trolls s’approchèrent l’un de l’autre et se sourire, avant de tourner les talons vers la forêt.

- Tu es sur qu’elle est la bas ?
- Oui ! Ca fais trois nuits que je l’observe prendre cette direction.
- Hé ! Hé ! Entendu !

S’enfonçant dans la forêt, l’ombre aux yeux rouge s’accroupie pour ne pas être repéré.
Les deux compères, l’arc bandé en main encoché d’une flèche, poursuivirent leurs périples dans la tumultueuse forêt tropicale.
De ses pieds écrasés, l’ombre suivit les deux jeunes trolls sans mots dire, dans la plus grande discrétion.
L’un d’eux s’arrêta soudainement.

- Tu… Tu entends ?

Le deuxième troll regarda son comparse.
L’ombre, elle, s’allongea au sol soudainement, ce pensants repéré.

- Entendre quoi ?
- Ferme la et écoute, idiot !

Grimaçants, le second troll ferma les yeux et tendit l’oreille.

- Une cascade ?
- Oui !

Les deux garçons se sourirent et approchèrent en courant.
Au pied d’une petite cascade, dans un bassin d’eau clair, Neysha était en train de se baigner.
Le chantonnement de l’elfine, entonnant une mélodie Darnasienne, surpris les deux jeunes, qui restèrent tapis derrière les feuillages, observant cette Diane au corps bleu.

- Ouaa…
- Chuuutt !!

Gwendolline, se tourna vers les feuillages, aillent perçu le soupire du jeune troll.

- Hey ! Qui est là !?

Saisissant ça masse luisante d’une aura rougeoyante, l’elfine, nue, s’approcha de la cache des deux trolls qui s’enfuirent en la voyant arriver !
La course fut frénétique !
Sautant de roche en roche et de tronc d’arbre en tronc d’arbre, le plus agile des deux jeunes chasseurs, réussis à prendre en distance son camarade.
Ce dernier, essoufflé, couru tout son saoul, en entendant les cries de protestation d’une prêtresse d’Elune en colère d’avoir était surprise, pendant son bain nocturne.
Essoufflés, les deux garçons prirent une halte à quelques pat du village.

- Idiot ! Imbécile !
S’exclama t’il essoufflé.
- J’y… J’y peu rien moi si elle à une ouï aussi développé !
Répondit son camarade tout aussi essoufflé que son comparse.

Soudain ! Une ombre aux yeux rougeoyants se jeta sur le plus affaiblie ! Sa mâchoire ornée d’écaille et de dents affûtées se refermèrent sur la gorge de l’un des deux enfants, ne lui laissant pas le temps d’exprimer un râle de douleur.
Terrorisé, son copain fixa son camarade les yeux ronds, tremblotant de terreur.
Le Murloc lâcha prise et, saisissant sa lance, s’approcha du deuxième troll, les yeux embué de larme, les lèvres tremblante de peur…
Se jetant la lance en avant sur le deuxième enfant, le murloc fut soudainement arrêté de plein vole par une masse à l’aura rougeoyant, lancé en pleine face.
Le jeune autochtone se retourna et aperçu Gwendolline, fermant les yeux en invoquant la puissance d’Elune…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 10   Mer 16 Nov - 16:44

Le sortilège s’abattit de la même façon que son marteau.
Un fracas morbide envoyant le Murloc à plusieurs mètres en arrière, crachant son sang verdâtre mélangé au sang rouge de l’enfant.

- Dit adieu à ta pauvre existante !

Le jeune troll, toujours vivant s’accroupie au sol par peur.
A ce moment là, cinq météores enflammés, s’abattirent sur la créature aquatique.
Hurlant de douleur, le murloc sombra dans la mort, le corps écrasé par des roches stellaire.
Gwendolline relâcha sa concentration en abaissant les mains, regardant le troll accroupi à ses pieds.

- Idiot ! Tu as failli mourir toi aussi !

Alors, alerté par les bruits du combat, plusieurs troll du village, Littleaxe et Ragnarok en prime, arrivèrent sur le lieu du combat.
Neysha, se précipita sur le corps de l’enfant égorgé,

- Mais bon sang ! Qu’est-ce qui c’est passé ici ! ?
Hurla Littleaxe devant le carnage.
- Ont ce calme…
Répondit Ragnarok, s’approchant de sa femme.

Neysha, penché sur le corps de l’enfant, grimaça.

- Il est dans un piteux état.
- Est-il mort ?
- Oui…
- Alors que les esprits l’accueil en leurs royaumes.

C’est à ce moment que des pleurs brisèrent la discutions entre les deux époux.
Ragnarok et Gwendolline se reculèrent pour laisser place à la mère de l’enfant, s’affalant sur le jeune troll égorgé par des dents affûtées.

- Que faisais c’est deux enfants dehors à une heure pareille de la nuit ! ?

Neysha et Ragnarok détournèrent leurs regards de la pathétique scène, pour prêter attention à la fureur du chef de clan.

- Ils étaient venus m’espionner pendant mon bain. La course poursuite a mal tourné.

Bien qu’il ait voulu laisser exploser sa colère, Gwendolline était dans son droit de corriger les deux compères. Bien qu’elle ne put savoir à l’avance, la macabre conséquence de cette course effrénée.

- Shaman, est-ce que tu peu faire quelques chose pour l’enfant ? Répondit Littleaxe, la voix enroué par la peine.
- Il est mort, chef, je ne peu plus rien pour lui…

Un long silence plana, sous les pleurs d’une mère…
Gwendolline repris la parole.

- Je sais que vous êtes contre ma connaissance en médecine, mais je peu peut être faire quelques chose pour lui.

Ragnarok soupira un long moment…
En effet, un dilemme de taille était en lui…
Fallait-il laisser sa femme dévoiler une connaissance médicale d’une telle importance qu’elle prendrait le risque de déséquilibrer le village dans sa compréhension du monde ?
Mais la vie d’un enfant était en jeu.
Et là encore, le dilemme se posa…
N’était-il pas mort pendant une chasse ?
Bien que la perte d’un être proche et une douloureuse expérience, elle est régit par la loi du plus fort…
La loi de la jungle…
Les pleurs maternels le fit céder.

- Fait ce que tu as à faire Neysha… Dit-il d’une voix désarmée.

Le sourire de Gwendolline en dit long.

- Prenez l’enfant et mener le prêt du feu central…

Demanda la chirurgienne d’un ton ferme. Elle se tourna alors vers son époux.

- Ragnarok, je vais chercher mon matériel, prépare une table que je puisse l’opérer.

Alors, le convoi funéraire se saisi de l’enfant et avança, calmement…
Vers le centre du village…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 11   Jeu 17 Nov - 14:29

Cher journal,

Voilà plus d’une demi-journée que j’opère cette enfant…
Le contacte du bistouri me fait revivre, tans cette sensation me manqué.
Malgré tout, je suis coupable de cette sensation de plaisir, car il s’agit tout de même de macabre conséquence…
Je n’ai jamais opéré de troll jusque là, et de surplus, un enfant…
L’opération ordinaire aurait durée moins d’une demi-heure à l’hôpital de Stormwind, mais là, la nuit et l’inconnu aidant, je préfère prendre mon temps…
Quelle fin tragique… Pourtant l’histoire des enfants qui partent en forêt n’était pas que veine parole… Elle ce confirma à nouveau.
Le second enfant raconta son périple et ce qui c’était passé durant la nuit, pendant que je concentrais mes talents médicaux, pour restructurer le corps de l’enfant.
Le murloc ne l’avais pas raté. Un beau coup de dent sur la trachée, ce qui le vida de son sang en peu de temps et bien sur l’empêcha de crier.
Au vu du coup, je posa la question à Ragnarok, pour savoir si ce genre d’attaque était fréquente.
Il me répondit que non, étant donné que les murloc vivent sur l’autre versant de l’île.
Là encore, je découvris une facette de l’île qui m’était inconnu.
Une entente des territoires de chasse entre deux communautés autochtone…
Quand l’opération fut terminée, je rappela le souffle de vie dans le corps de l’enfant…
Elune daigna m’offrir ses dons une fois de plus et louée, elle en fut.
Les yeux de l’enfant, s’ouvrirent…
Balbutiant des paroles incompréhensibles, la mère du petit ne cessa de le serrer contre elle et de remercier les esprits.
Littleaxe lui, fut surpris…
Il n’avait probablement jamais vu de rappel à la vie.
Son regard aurait sûrement à jamais, quelques chose d’admirable, quand il me fixera, dans les temps futurs.
Sous la houle de remerciement, je rangea mon matériel, allant retrouver mon foyer sous le petit jour.
Me lavant les mains, je me suis alors allongé, attendant quelconque reproche de la part de mon époux. Ce dernier ne m’avait en effet, pas adressé la parole de la soirée, sûrement touché dans sont propres orgueils, par mes connaissances.
Il entra, pris une chaise et s’assis à mes cotés.
Surprise, je fut, quand ses mains bleutées caressèrent ma chevelure blanche. M’adressant des remerciements.
En réalité, je découvris à ce moment là, que ce n’étaient pas la crainte qui le faisait reculer tans qu’à la nouvelle médecine.
Mais belle et bien la peur de ne pas être à la hauteur, quand un clan entier compte sur toi pour trouver remède à tes mots.
J’avais déjà ressentit ce sentiment… Celui d’être impuissante face à un mot qui est pourtant de ton domaine.
Celui d’avoir tous les regards penchés sur toi et de ne pas trouver ou savoir, la solution au problème posé.
De la vanité ? De l’orgueil ? De la dévotion ?
Je ne saurais décrire cette sensation, mais la seul chose que je sais, c’est qu’elle est extrêmement déstabilisante et désagréable.
Sans doute, Ragnarok venait-il de comprendre qu’avec moi à ses coté, il n’aurait plus à craindre cette sensation ?
Me tournant vers mon époux, je déposai un doux baisé pour le rassurer de ma fidélité.
Ce dernier se releva en souriant, et alla s’assoupir.
Cette confiance je ne l’avais pas ressenti depuis Nosgoth.
Puisse-tu me pardonner si un jour tu apprends que j’ai engagé ma vie au coté de ce que tu déteste.
Mais je sais qu’oubliant ta colère et la brume de ta rage, tu comprendras les raisons qui mon poussé à faire cela.
Les yeux me picotent de fatigue à présent, et pourtant le soleil a entamé son cycle journalier.

Elune soit loué.


- Neysha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 12   Sam 19 Nov - 19:16

La pluie battait son plein…
Voici deux jours, que dans la petite communauté Spearwood, chaque foyer s’affairaient à préparer les bagages pour le village d’hivers.
Gwendolline et Ragnarok, eux, s’occupaient de ranger leurs herbes médicinales et diverses affaires.
Concentrés dans leurs rangements, le shaman pris soudain la parole.

- Dit moi Neysha, je n’arrive toujours pas à comprendre comment tu as put redonner la vie à cette enfant…

La prêtresse se tourna vers son époux, un regard d’interrogation. Le shaman ajouta.

- Serais-tu une déesse ?

A ce moment là, Gwendolline manqua de s’étouffer, avant de prendre la parole à son tour.

- Oula non…
- Pourtant la médecine ne permet pas de rendre le souffle…
- La médecine non, mais les divinités, oui.
- Les dieux ?


L’elfine hocha la tête en souriant.

- Comment diable invoque-tu la puissance de t’es dieux ?
- Je suis prêtresse de la déesse Elune.
- Elune ? Oui c’est vrai que tu site souvent ce nom. Qui est-elle ?
- La Lune, celle qui guide les Elfes de la Nuit depuis le puits d’éternité.
- Et en invoquant la lune, tu arrives à redonner la vie ?
- Ce n’est pas moi qui redonne la vie, Ragnarok, c’est la déesse qui le fait au travers de mes mains.


Le shaman resta abasourdi.
Il avait tant de chose à apprendre…

- Pense-tu que j’en serai capable ?
- Tu ne maîtrise aucune magie ?


Ragnarok hocha la tête négativement. Gwen, elle, serra son paquetage en grimaçants…
Un orage gronda…

- Sur le continent, les shamans de la horde peuvent invoquer la puissance des esprits de la nature et des anciens pour rendre le souffle à une personne défunte.
- Mais il n’y a pas que cela, pourquoi a-tu opéré cet enfant mort…
- Et bien rendre le souffle est une chose, mais son corps dois être fonctionnel pour permettre qu’il y reste.
- J’ai du mal à te comprendre…


Neysha pris le minuscope et quelques affaires personnelles, qu’elle commença à ranger dans un autre paquetage.

- Et bien, la puissance divine se contente de redonner vie à la personne. Soigne partiellement quelques blessures mais des blessures tel un égorgement ou d’autres choses bien plus grave, requière une intervention préalable.
- Hmmm…
- Regard, c’est comme ce bol de bois.


La prêtresse s’en saisie

- Si je le perce, l’eau coulera, et ce dernier se videra.
- Je vois…
- Si je redonne vie, en reversant de l’eau dans le bol par exemple, à ce moment là, l’eau coulera à nouveau et la personne mourra une seconde fois.
- Donc tu rebouche le trou au préalable et ensuite tu le remplies d’eau…


Le shaman hocha la tête un rictus aux lèvres, fier d’avoir semble t’il, compris.

- Tous à fait. C’est ce que j’ai fais en opérant l’enfant du cou, avant d’en appeler à Elune pour qu’il retrouve le souffle.

Un long moment de silence plana, brisé par le frottement d’une corde se serrant.
Ragnarok terminant d’emballer ses affaires, s’approcha de ça femme, déposant un doux baisé sur ses lèvres rubis.

- Apprend moi la médecine, Neysha

Gwendolline lui rendit son pareil avant d’ajouter, avec un tendre sourire.

- Je ferai de toi un médecin, mon époux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 13   Mer 23 Nov - 21:32

Cher journal,

Nous avons enfin pris la route.
Nous sommes à sept jour de marche du village troglodyte et la pluie rend le voyage pénible.
Sur le chemin, portant nos paquetages, j’explique les rudiments de la médecine à Ragnarok.
Ce dernier possède déjà un excellent niveau de maîtrise, étant donné son passé en tans que seul guérisseur du village.
Je pense que la seul chose qui lui manque, c’est la maîtrise des éléments nouveaux en terme d’outil et d’application de ses outils, et bien entendu, un peu plus de confiance envers ses Dieux.
Mais j’y pense…
Est-ce un manque de confiance ?
Ou est-ce de l’humilité à ne pas vouloir ennuyer sa divinité ?
Il est shaman, et les siens ont besoin de lui. C’est ce que j’ai essayé de lui expliquer, mais là encore, il semble hésiter.
Le jeune enfant, qu’Elune à relevé d’entre les morts, semble ce porter mieux.
Lui est son comparse sont venu hier, s’excuser et me remercier.
Littleaxe, lui, semble ne même plus oser m’adresser la parole.

Plus nous nous enfonçons dans cette forêt, plus la végétation devient dense et hostile.
On a déjà eu deux cas de morsure par des serpents et un par une araignée géante…
Le quotidien oui…
Mais ce qui me surprend, c’est l’étonnante quiétude qu’a le village.
Ils ont l’air invincible…
Du genre :
« Ont as Neysha avec nous, ont peux avancer au devant de la mort, elle nous redonnera le souffle… »
Je comprends ce que voulez éviter Ragnarok…
Et si je partais, comment ferait-il ?
C’est gens s’attache à moi, mais tous d’un coup j’ai peur que ce soit trop le cas…
Après tous, Revilgaz doit être au courant à présent que son navire a eux des avaries.
Il va sûrement envoyer d’autres frégates pour nous retrouver ou tous du moins, retrouver ça marchandise…
Tans qu’à mes amis, j’espère que folie ne leurs a pas pris de prendre la mer à ma recherche…
Mais… Oui mais…
Mais si un navire venez accoster sur l’île à ma recherche et me demanderait de quitter mon sanctuaire pour regagner le continent ou l’on m’attend…
Que ferais-je ?
Même aujourd’hui je ne sais pas…
Une nouvelle vie se dessine pour moi, ici.
Sans ambition, sans responsabilité écrasante…
Mais j’ai promis à mes amis que je reviendrai…
Teiana…
Pardonne-moi, si je ne tiens ma promesse…
C’est un dur dilemme, et même si aujourd’hui je l’enterre dans d’autres pensées, je sais que tôt ou tard il me faudra y faire face…
En attendant, je marche au coté de mes proches.
De ma nouvelle famille…

Tiens, autre chose d’assez intéressant qui m’est arrivé.
J’avais plein d’affaire et il ma fallu en prendre une partie que je puisse porter.
Cela ma permit de me rendre compte, ô ! Combien nous sommes esclaves des choses matériels…
Mais en plus, ça ma aussi permis de me mettre au pied du mur pour nos futurs activités.
Devais-je prendre mes cartes marine ou mon minuscope ?
Mes herbes médicinales ou mon matériel de chirurgie ?
De la nourriture ou des livres ?
Je me retrouve avec mon minuscope, des couvertures, mon matériel de chirurgie et de la nourriture.

Tiens ! Je me suis amusé à observer la faune insectoïde local, et j’ai trouvé des choses extraordinaires !
Des fourmis organisant leurs travaux d’une façon remarquable.
Je ne sais pas si ces petits êtres sont doués d’intelligence, mais leur remarquable civilisation me laisse bouche bée.
Nous avons posé le campement à présent, et il y a encore du bois à aller chercher pour la nuit.

Puisse la mer être clémente pour ceux qui y voguent.
Elune-adore


- Neysha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 14   Sam 10 Déc - 1:23

Vêtu de ses habits de capitaine, le gnome observa la proue du bateau avec le mauvais rictus de ses meilleurs jours.
Cela devait faire de bonne semaine maintenant qu’il naviguait en mer avec son équipage à l’étendard rouge.
Bien qu’un départ fut discret, certaines personnes se seront rapidement rendu compte, du manque de la troisième caravelle au sud de Booty bay.
Méditant à ces divers paramètres, Stillwater vit arriver vers lui son second, Brutus.

- Capitaine, des mouettes aux larges.
- C’est très bon signe, mon cher Brutus, très bon signe…

Son éternel rictus aux lèvres, le gnome saisi sa longue vue qu’il déplia et porta à son œil, observant l’horizon.
Son second, d’allure plus martiale que pirate, malgré sa braies de marin, resta les mains lier dans le dos aux coté de son capitaine.

- Allons en cabine, il va falloir consulter les cartes.
- Bien Capitaine.

Quelques minutes plus tard, éclairé par une bougie, une longue carte des cotes de Strangleronce orna la table de commandement.

- Selon les informations que nous avons récupéré à Booty Bay, le bateau de Revilgaz aurait pris cette direction et se serait donc échoué dans le coin.
- C’est compréhensif, c’est déjà un miracle que nous n’ayons pas nous même, coulé avec tous ses rochers et récif qui jalonne cette région.
- La chance n’a rien à voir là dedans mon ami. Seul l’expérience marine compte.

Le gnome saisi un compas et une boussole qu’il déposa à coter de la carte. Le compas lui permettant de se repérer sur la carte, sans grande difficulté.

- Nous sommes ici. L’île doit être à deux miles nautique environs vers l’ouest.
- Mais comment ce fait-il qu’elle ne soit indiquée nul part sur aucune carte ?
- Cette région et en temps normal une zone de non-navigation. Les récifs et le courant maritime du maestrom empêchent normalement de remonter la cote. Ce que le Capitaine de Revilgaz a voulu faire, était soit un paris fou qui a échoué lamentablement, soit une formidable prise de précaution contre nos corsaires qui c’était fait un plaisir d’attendre le navire au large de Ratchet.
- Nous allons pouvoir nommer cette île comme nous le voulons alors, où même en faire une base maritime.
- C’est l’une des raisons de notre présence ici, mon cher Brutus. L’Amiral Firallon désire nous voir implanter une base de ravitaillement et un poste de défense sur une potentielle île dans ses courants maritime défavorable.

Le second observa son capitaine en grimaçants.

- Mais capitaine, si nous sommes ici, cela veut dire que certes nous sommes protégés des courants ascendants qui mèneraient des navires de Booty Bay vers nous, mais nous ne sommes pas protégés de possible renfort venant de Stormwind.
- Méprend toi mon cher Brutus, méprend toi.

Son sourire sadique aux lèvres, le second frémi d’un malaise soudain… Cela faisait pourtant des années qu’il était aux ordres de ce gnome, mais ce rictus… Jamais il ne s’y habituerait.

- De l’île ou nous arrivons, nous sommes potentiellement protégés par la rocaille maritime du large des cotes des Westfall. Cette zone rocailleuse s’étant sur plus de quarante milles nautiques depuis la cote vers l’ouest, ce qui implique que tenter de contourner cette zone rocheuse signifie être pris dans le courant rapide du maestrom et risquer de perdre les navires d’une flotte militaire. De plus Booty Bay est une zone neutre et Grom’gol n’a pas l’infrastructure maritime nécessaire pour nous inquiéter. Et même ci cela devait arriver, nos canons empêcheraient la Horde de s’implanter trop prestement sur la zone.
- Que faite vous des Zeppelins ?
- C’est la qu’interviens notre nouvelle batterie d’artillerie à l’avant et à l’arrière du navire. Capable de faire piquer du nez n’importe qu’elle appareil volant.

Les deux hommes se sourirent.
Un cri retentie

- Terre droit devant !!!

La carte fut replier et les deux officiers maritimes de la voile Sanglante sortirent de la cabine pour ce rendre sur le pont.
Devant eux, la carcasse d’un navire échoué sur les rochers fit frémir bon nombre de pirate à bord…
Au loin, une forêt de palmiers et d’arbres tropicaux accueillit en toile de fond, la macabre découverte de l’Irradiant sur son rocher…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 15   Dim 11 Déc - 23:30

Cher journal,

Voici enfin après une semaine de marche, notre village troglodyte.
Il ne paye pas de mine comme ça, mais c’est un lieu stratégique très intéressant.
Chaque demeure et battit à environs trente mètre du sol à même la roche au niveau d’une falaise.
L’accès se fait par des passerelles et des échelles en bois aménager par les Spearwood.
Notre grotte est située en périphérie du village et orienté plein sud, ce qui nous permet de goûter au maximum du soleil, de jour.
Nous apercevons également la cime des arbres à notre hauteur et au loin, l’océan immense.
Haaa… Si j’avais pensé à prendre la longue vue du capitaine sur l’Irradiant…

Les progrès de Ragnarok son stupéfiant.
Les cours de médecine des plantes ont étaient dévoré en deux jours…
Normal tu me diras, pour un shaman, mais tout de même surprenant.

Demain c’est jour de chasse…
Nos hommes vont partir en foret pour chasser le singe et le volatile.
De mon coté, je vais commencer à ensemencer quelques herbes médicinales pour que le printemps m’apporte ce dont j’ai besoin pour mon stock.
J’ai observé quelque chose d’assez déconcertant depuis peu, c’est le système de datation spécifique et l’avancé mathématique du clan.
C’est sans doute étrange, mais j’ai l’impression que les Spearwood n’on rien à enviés au plus grand mathématicien de Stormwind. Leur calendrier est très précis, et grâce à un appareillage de bois, ornée de tige et de boule entre chassé dans ses dernières, ils peuvent compter et effectuer des calcules très rapidement.
Il appel cela le Compteur d’Utèrr, c’est un super calculateur pour ainsi dire.

Qu’il est loin le temps ou je pensais être tombé au milieu de sauvage !
Malgré tout, mon corps se pince en ce moment, et il m’arrive d’avoir des crises de sanglot…
Est-ce le manque de mes amis ? Le mal du pays ?
Sans doute… Le goût amer d’une promesse non tenu…
Teiana… Ma chère Teiana…
Pardonne-moi mon manquement, et embrasse Nosgoth si tu le vois…
En espérant que mes prières seront entendues.

Les jours ralentisse de plus en plus ainsi que les températures nocturnes.
C’est la raison pour laquelle Ragnarok ma taillé une fourrure à même un singe, fourrure que je vais rafistoler pour en faire un gilet en plus du baume bleu traditionnel que la tribu utilise.
Haaa… La couture…
J’ai essayez de me souvenir des techniques qu’appliquait Sander, mais le résultat fut catastrophique, surtout avec le matériel local, formé de fil de lin et d’aiguille en bois.
La fourrure me tient malgré tout, assez chaud, ce qui fait plaisir par des nuits fraîche et humide. J’ai put au moins compté sur mes connaissances médicales pour suturer mon gilet.

L’humidité… Ô combien je ne supporte pas les pluies de mousson et cette période ignoble ou l’ont à l’impression de suer tout le temps.
La journée, une chaleur humide écrasante et la nuit une fraîcheur humide déconcertante.
Climat propice aux maladies respiratoire, ce qui n’a pas tardées à commencer parmi des membres du clan.
Et c’est pendant le trajet pour aller au village d’hivers, que deux enfants sont tombés malade avec un début de fièvre…
Heureusement c’était, il y a trois jours, soit un jour avant notre arrivé.
Si la situation n’évolue pas à la normale je vais devoir redoubler de vigilance tout en me contentant seulement de faire mon devoir de médecin du clan, avec amour et compassion pour ceux qui mon recueillit, en restant discrète pour ne pas paraître arriviste.
Ragnarok et à présent rentré, les bras charger de nourriture, qu’il va falloir préparer.
Mais avant, un peu d’intimité ne nous fera pas de mal…
Surtout après une journée d’effort.

Il est temps de me retirer dans les bras de mon époux, cher journal.
Puisse Elune bénir ceux qui réclament ça volonté divine.

Neysha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le Bruissement des Vagues - Partie 16   Mer 8 Fév - 16:14

* Un manuscrit écrit en lettre de sang *

Cher journal…

Je ne sais qui frappa les premiers…

Mais ce qui ressemblait à un paradis perdu et soudain devenu un lieu de cauchemar.
C’était une nuit… un soir…
La lune était cachée, comme si Elune ne voulait pas voir ce qui se trama…
Ca faisais des jours que l’ont observaient un accostage sur la cote.
La longue vu du capitaine me permis ainsi qu’a Ragnarok et LittleAxe, d’apercevoir au loin des galions/
Des centaines d’homme… arrivant en trombe, débarquant sur les plages et installant un campement.
J’avais crut un débarquement des forces de Booty Bay, mais je fut surprise quand c’est le pavillon de la voile sanglante, qui fut planté dans le sable.
La forêt pâtie en premier de l’arriver des nouveaux envahisseurs.
Notre campement de la saison sèche rapidement trouvé fut mis à sac.
Des patrouilles organisées.
LittleAxe décida de réunir les guerriers du village.
Malgré ma responsabilité certaine dans l’arriver de ses nouveaux ennemis, aucune annotation ne fut formuler a mon encontre.
Je n’étais plus Gwendolline Amalstone, professeur de Theramor, mais belle et bien Neysha Spearwood, femme-docteur du clan Spearwood.
J’ai donné toutes les informations que j’avais sur la voile sanglante au conseil de guerre est expliquer différente stratégie militaire employée pour la guerre moderne.
La guerria fut adopté par le clan.
Ces derniers des jours, avant que les premières patrouilles ne trouve le village troglodyte.
Et ce qui devait arriver, arriva…
Le village fut attaqué.
Apres une défense héroïque, les plombs eurent raison des flèches et des lances.
Tuer, les hommes furent jeter dans un brasier immense…
Ragnarock mon cœur… Mon doux amour… Elune te garde, mon ami, mon époux…
Le reste du village fut transporter comme prisonniers dans les cales du bateau amiral.
Bien entendu, je fit partie du cortège avec le restant du village, femme et enfant.
J’ai revu deux visages que je n’avais pas aperçut depuis un temps déjà…
Stillwater et Brutus, c’est deux vermines sans nom…
Bien entendu, ma présence sur place les étonnas fortement mais ses chiens en profitèrent pour me battre et me faire payer quelques comptes du passé, du temps ou j’étais encore Corsaire à bord de l’arpenteur, au service de Revilgaz.
J’ai du implorer les pourparlers pour qu’il me laisse en vie, mais comprenant que je leur serais plus utile vivante que morte, ils ont daigné me laisser intègre…
En partie…
Souillure ignominieuse. Elune, efface de ma mémoire ce moment de peine…
J’ai put garder mon carné de bord, mais pour toutes encre, c’est mon sang qui sert a écrire ses quelques lignes. Sans doute une façon de me faire payer ma négociation.
Selon des bruits de couloir, je vaudrais entre deux milles et quatre milles pièces d’or de rançon.
Trois courriers vont être envoyez, un a Stormwind, un autre a Booty Bay et un dernier a Theramor, pour savoir qui se disputera mes restes s’ils ne veulent pas payer la rançon…
Ce soir je pleur… Cher journal… Je pleur sur un paradis arraché…
Je pleur sur la mort d’un être chère et d’une culture qui disparaîtra…
Je pleur sur le sort des malheureux que j’ai condamnais par ma présence.
Ils m’on sauvée, accueillie dans leurs villages et moi… Moi !
Je n’ai même pas put négocier leurs libérations… Je me sens faible… inutile et pleine de remord…
Elune… Puissante Déesse qui protège mes ancêtres depuis des temps indéfinis, apporte-moi le pardon.
Ce soir je pleur sur le réveil brutal d’une réalité qui en rattrape une autre…

Un bruit ?
Je reprendrais ma plume plus tard…


Neysha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolline
Initié
avatar

Nombre de messages : 123
Localisation : Lacaune - Tarn (81)
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le Bruissement des Vagues   Sam 11 Fév - 0:42

Une ombre approcha de la cellule… Doucement, tapis dans le noir, seul ses yeux d’un bleu azur percèrent la pénombre.
Un coup de massues bien placé et mon gardien se retrouva au sol, assommé.
La silhouette responsable décida de se montrer.

- Gweny ?

Dans ça cellule, terminant d’écrire son nom sur une page de son carnet, Gwendolline tourna son visage, surprise, vers l’entré de sa cellule.

- Nosgoth ?!
- Oui c’est moi, allons-y, on a pas de temps à perdre !
- Par Elune, comment !?
- Je t’expliquerai plus tard ! On décolle !

Saisissants la clef, il ouvrit la cellule et fit sortir la prêtresse.
Courant dans les couloir de l’amirauté, ils durent assommer deux autres gardes au passage, avant de se jeter a l’eau part la trappe d’un canon.
Nageant tout leurs saoul, les deux compères arrivèrent, toussant, sur la plage.
S’allongea, l’un a coté de l’autre, ils fixèrent le ciel un instant.

- Co… Comment ?

Neysha, haletante, tourna son visage vers le voleur.

- Je… Je suis partie a ta recherche indépendamment des autres.
- Des… Autres ?
- Un corps expéditionnaire et en route.
- Par Elune, mais vous ne pouviez pas tous me laisser dans ma bulle !

Des pleurs nerveux interrompirent la conversation.
Se redressant et saisissant la main de Gwendolline, Nosgoth l’aida a ce redresser et s’enfonça dans la forêt, à couvert.
Après une nuit entière a courir a toutes jambes en foret, les deux elfes se retrouvèrent dans une cache souterraine, caché par un tapis de feuille soutenue par des bambous.
Les yeux rougeoyants de fatigue et brillant de larme, Gwendolline fixa Nosgoth.

- Comment diable as-tu fais pour te retrouver ici, raconte-moi tous.
- J’ai pris un navire gnome, en réparation actuellement sur la berge opposée, qui ma emmener jusqu’ici.
- Cette île est sensé n’avoir pas eu de contact avec la civilisation, pourquoi est-ce que tans de monde vienne soudainement !?
- Selon les bruits que j’ai entendus, il semblerait que cette île intéresse la voile sanglante pour l’installation d’un port d’attache et d’un fort de défense naval.
- Stillwater veux fortifier l’île ?
- Il veux en faire une ville…
- Ce qui nuirai automatiquement au intérêt du cartel… Cette guerre ne cessera jamais, quelque soit le nombre de vie sacrifier.

Nosgoth acquiesça, comme dépité par la situation.

- Le bateau nous attend Gwen, il devrait être réparer… Et nous avons intérêt de partir avant que la voile sanglante nous retrouve…
- Je ne peu pas partir Nosgoth… Pas sans avoir libéré ceux de mon clan.
- Ceux de ton clan ?
- Oui, j’ai été adopté par un clan Troll…

L’Elfe resta abasourdie. Gwen, sentent le malaise, baissa les yeux.

- Et…
- Et !?
- Et je me suis marier, Nosgoth… Pardonne moi…

Le voleur se releva soudainement puis se tourna. Il fallut sans doute un effort considérable et un contrôle de soit, pour qu’il n’explose pas en violente colère.
Calmement il se tourna vers la prêtresse d’Elune, la fixant dans les yeux.

- Ou est ton Troll… ?
- Mort…
- …

L’ambiance électrique retomba… De nouvelle larme apparurent dans les yeux de Gwendolline.

- Tu… Tu l’aimais ?
- Co… Comme un frère…
- Je vois…

Nosgoth s’approcha de Neysha et la pris dans ses bras, laissant libre cour à son chagrin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Bruissement des Vagues   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Bruissement des Vagues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SANS SUITE] Créer des vagues d'ennemies !
» [RESOLUE] Créer un monde sous-marin avec des vagues à la surface
» [Didacticiel] Comment faire des vagues
» Mouvement des vagues d'autonomes
» quête "vagues géantes de verdure "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature Rédemptrice :: La Rédemption :: L'Auberge-
Sauter vers: