Nature Rédemptrice

Guilde role play World of Warcraft - Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Affaires de famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Affaires de famille   Mer 21 Mar - 18:41

Le va-et-vient était incessant devant l'imposante porte sculpté dans la pierre noire. Des aventuriers toujours plus nombreux traversaient le voile d'énergie magique, ce vortex reliant Azeroth à l'Outreterre, avides de richesses, de gloire, ou simplement venu apporter leur contribution à l'effort de guerre. Celle-la même qu'avaient payée les multiples blessés qu'on évacuait vers des terres plus accueillantes. Les plus "chanceux" repartaient avec des fractures importantes, d'autres ne marcheraient sans doute jamais plus. A cela s'ajoutait les corps des combattants qu'on avait réussi à récupérer dans le but de les rendre à leurs proches. Au moins, ceux-la pourraient faire leur deuil...

Personne n'avait fait attention à elle quand elle s'était glissée parmi les blessés installés dans un chariot au confort des plus relatifs, tiré par un massif bélier du Loch, visiblement lui aussi pressé de regagner ses montagnes.

Elle esquissa une grimace en posant sa main sur sa joue tuméfiée. Ses blessures la faisait encore souffrir, même si elles étaient relativement bénignes vis-à-vis de celles qu'arboraient ses compagnons de route, certains gémissant sous leur couverture. Varlesh n'y était pas allé de main morte, et pas un instant elle ne douta du plaisir qu'il avait dû éprouver en la frappant, défoulant toutes ces décénnies d'humiliation et de frustration accumulées. Il avait d'ailleurs été à deux doigts de la tuer, dans son emportement, mais il fallait que "l'illusion" soit convainquante. Elle n'aurait cependant pas pensé qu'il oserait profiter d'elle dans cet instant de faiblesse. Elle se jura de vaporiser l'insolent à son retour, après lui avoir bien évidemment fait payer son acte...

Une étrange sensation s'empara d'elle, à la fois agréable et déroutante, alors que le chariot passait au travers du vortex, pour ressortir quelques instants plus tard dans le cratère aride des Terres Foudroyées, qui portaient remarquablement bien leur nom pu-t-elle constater une fois ses esprits retrouvés. Un groupe de soldat vint rapidement à la rencontre du convoi, le menant à l'écart ou attendaient un petit groupe d'humains et d'elfes, lançant rapidement quelques directives aux gardes au fur et à mesure qu'ils déchargeaient les blessés. Plusieurs noms défilèrent ainsi entre leurs lèvres, Rempart-du-Néant, Hurlevent... Autant d'endroit où allaient être rapatriés les souffrants selon le degré de gravité de leurs blessures.

On déchargea une elfe devant elle, couverte de bandages sanguinolent. Malgré le sang séché, la "Draeneï" ne put s'empêcher d'apprécier un instant les traits fins de ce visage marqué par la guerre qui faisait rage partout en Outreterre. Ses yeux, qui ne s'étaient pas ouverts depuis qu'elle l'avait rencontré, se fendir lentement, avant de s'élargir soudainement, une quinte de toux sèche venant s'extraire de sa gorge, précédant un mélange immonde de sang et de bile. Elle détourna le regard alors que le personnel médical emmenait en tout hâte la patiente pour des soins urgents.

Une jeune humaine se présenta devant elle, un sourire réconfortant aux lèvres. Ses petits yeux marrons semblait déborder de douceur, ses longs cheveux châtains tirés vers l'arrière lui conférant un air juvénile. Celle-ci tendit la main vers elle, l'invitant à descendre du chariot. Elle la prit, après un instant, retournant son sourire à l'infirmière, qui ne sembla pas déceler ce que recelait le regard apparemment plein de gratitude de la "Draeneï".

Toutes deux s'éloignèrent lentement vers une des tentes non loin. Le pan de celle-ci se refermant sur elles après leur passage dans un froissement de tissus sec...

[PS : n'hésitez pas à me laisser une petite appréciation sur le texte Razz]


Dernière édition par le Ven 23 Mar - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Jeu 22 Mar - 15:50

La tente était plus grande qu'elle ne l'avait cru. Quatre patients pouvaient facilement y être traités et chaque couche était séparée par un voile en tissus blanc. Des ustensils divers étaient soigneusement préparé et une telle organisation malgré la cohue extérieure n'était pas sans surprendre la "Draeneï".

La jeune humaine l'aida à s'installer sur l'une des couches. Elle semblait prendre mille précaution afin de ne pas la faire souffrir plus que ne le faisaient déjà ses multiples contusions et entailles. Une fois allongée, l'infirmière se pencha sur elle avec ce même sourire chaleureux qui semblait contredire la froide réalité de l'Outreterre.

"- Je me nomme Melly" lui dit-t-elle d'une voix calme et sereine, écartant de sa main les mèches de cheveux poussiéreux qui masquaient son visage. "- Vous ne risquez plus rien ici... Quel est votre nom ?"

"- Shariss.." rétorqua-t-elle après un instant. Elle ne pensait pas qu'il lui serait aussi difficile d'articuler ce simple mot, mais la douleur était encore vive.

"- Je m'occupe de vous Shariss, ne vous inquiétez pas..." reprit Melly, de cette voix toujours sereine, mélodieuse. Elle entreprit de nettoyer les plaies avec une compresse. Une senteur forte, mais pas désagréable s'en échappait. Les mains de l'humaine étaient douce, et ses gestes délicats, à tel point que la "Draeneï" s'imagina un instant avec elle dans son domaine. Elle ferait à n'en pas douter une esclave de premier choix.

Les heures passèrent et Melly continua de prodiguer ses soins. Elles échangèrent quelques mots, quand la machoire endolorie de Shariss le lui permettait. Elle lui raconta ce que Varlesh lui avait fait, gagnant un peu plus la sympathie de l'humaine. Une grande amitié semblait naître lentement... Une amitié temporaire...


Dernière édition par le Ven 23 Mar - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enuit
Novice
avatar

Nombre de messages : 2
Age : 25
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Jeu 22 Mar - 23:11

( la suite la suite ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 23 Mar - 16:14

Sors de l'ombre ! gronda l'Eredar d'une voix rauque.

Une silhouette massive se découpa du mur de pierres sombres et s'avança lentement dans la pièce. Celle-ci n'était éclairée que par la lumière extérieure, au travers d'une fenêtre plutôt étroite. Dehors, des éclairs zébraient le ciel alors qu'un orage magnétique faisait rage, chose plutôt fréquente dans cette région déchirée. La lumière fugace se reflétaient sur les renforts métalliques soutenant les paroies un peu partout.

Sorak détestait cette pièce. Exiguë, sombre, vide... Mais elle avait l'avantage d'être la plus discrète de son domaine, protégée aussi bien physiquement que magiquement contre toute intrusion. Il se tourna vers son visiteur, son armure finement ciselée, émeraude lisérée d'argent, émit un léger tintement métallique. L'Eredar dévisagea un instant le démon. De larges ailes membraneuses aussi noires que le jais étaient croisées devant lui à la manière d'une cape, masquant une carrure qu'il devinait impressionnante. Il n'eut aucune peine à reconnaître son interlocuteur à la vue des rangées de petites cornes longeant sa machoire de part et d'autre.

"- Je t'attendais plus tôt Varlesh..." lâcha-t-il dans un soupire contrarié. "- Je t'avais dit d'être présent il y a déjà plus d'une heure !"

"- Je ne suis pas sous tes ordres... Souviens-t'en Sorak..." rétorqua-t-il simplement, un sourire amusé aux lèvres, ce qui énervait d'autant plus son hôte. "- Nous sommes associés... Que cela te plaise ou non..."

Cet air nonchalant dans ses paroles avaient le don d'excéder Sorak au plus haut point. Et Varlesh le savait. Se reprenant peu à peu, l'Eredar remonta sa main gauche au niveau de son visage, lissant ses tentacules faciaux.

"- Je t'en prie... Parle..."

Varlesh se délecta quelques instants du spectacle que lui offrait son interlocuteur, évitant de sourire pour ne pas le froisser une fois encore. L'heure n'était plus aux politesses d'usage.

"- Comme je te l'avais dit, elle a quitté ces terres... Tout comme sa bâtarde de soeur... Avec plus d'un mois d'interval. La petite a été des plus manipulable. Je compte maintenant sur tes talents..."

Le ton sarcastique de ces dernières paroles ne sembla pas plaire à l'Eredar, mais celui-ci s'abstint de tout commentaire.

"- Dans deux jours, tout sera prêt... Tu as intérêt à être à la hauteur..."

Varlesh esquissa un large sourire, dévoilant une rangée de crocs acérés. Il pivota lentement sur lui-même pour se diriger vers la sortie, avant de d'interrompre son avancée.

"- Au fait... Korizan est mort..." lâcha-t-il sans se retourner.

"- QUOI ?? Comment est-ce possible ?" s'exclama-t-il en faisant un pas vers le démon pour l'arrêter d'une main sur l'épaule.

"- Tombé sous le coup des humains..." souffla-t-il avec ce même air nonchalant qui faisait tant rager son hôte. Il repoussa la main de celui-ci et disparut dans les ténèbres, un sourire satisfait aux lèvres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Lun 2 Avr - 13:58

La nuit avait été longue... Terriblement longue. Les étoiles avaient brillé du crépuscule à l'aube, mais sans qu'elle n'y trouve pour autant le réconfort dont parlait Londharr quelques heures auparavant. Cette fois-ci, rien ne semblait pouvoir l'apaiser. Elle ne pouvait le nier : elle l'avait agressé... Emportée par sa colère et sa frustration. Ybaël, cet étrange anachorète que Daenia avait jugé bon de lui envoyer, afin de prendre la relève d'Ümaos. Elle savait qu'elle avait agit trop impulsivement, qu'elle s'était montrée agressive dès le début. Mais ce refus de lui donner des nouvelles d'Ümaos, sans même prêter attention à ce qu'elle pouvait ressentir alors qu'elle attendait depuis si longtemps de savoir comment il se portait. Lui qu'elle considérait comme un père, et qui était mourant selon l'amie inquisitrice du Draeneï.

Elle avait les yeux cernés et rougis. Elle était persuadée que l'anachorète ne voudrait plus entendre parler d'elle, même si elle s'excusait. "Infect démon" qu'il l'avait appelée. "Démon un jour, démon toujours" avait-il rajouté. Des paroles qui avaient blessé la jeune Eredar au plus profond de son être, enfonçant encore le clou de ses doutes. Daënia... Elle aurait tellement voulu qu'elle soit là. Daë, elle, savait qui elle était réellement, ce qu'elle ressentait. Mais à nouveau elle imaginait le pire. Qu'Ümaos meurt sans qu'elle ait pu le revoir, que les paroles d'Ybaël ne se réalisent et que les deux personnes qui comptaient le plus pour elle ne veuillent plus la voir.

Cyrélia se redressa lentement alors que les premiers rayons de soleil auréolaient les montagnes à l'est. Elle repartit en direction de Thelsamar. Si les choses se dégradaient, sa décision était prise... Elle partirait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mar 3 Avr - 18:27

Ses pas résonnaient contre les pierres et le métal de ce long couloir austère, jusqu'à atteindre une lourde porte de bois. Celle-ci s'ouvrit sur une pièce finement décorée. Des tapisseries, accrochées aux murs, semblaient dépeindre des lieux et des scènes pour le moins étranges. Un lit couvert de coussins se dressait au centre de la pièce, le sommet appuyé contre le mur nord. Une petite fenètre s'ouvrait sur l'extérieur, laissant passer la lumière qui venait éclairer un bureau en bois massif aux motifs riches. L'Eredar marcha jusqu'à ce dernier, jetant un oeil à l'extérieur. Le temps était maussade, mais sans orage pour une fois.

Mavëa s'assit, prenant une plumes ainsi qu'un parchemin à moitié rempli en Eredun. Elle n'écrit cependant rien de plus, se contentant d'écouter le silence un instant, avant de relever la tête. Les ailes repliées devant lui, Varlesh attendait, dressé face à elle, en silence.

- Varlesh... Quelles sont les nouvelles ? demanda-t-elle simplement, relevant la tête vers lui.

Bien qu'âgée, même pour une Eredar, Mavëa gardait des traits fins et gracieux. Des sourcils d'une blancheur immaculée encadraient un regard qui n'avait visiblement rien perdu de sa vivacité. Ses cheveux, du même blanc, tombaient en cascade dans sa nuque, canalisés par les deux minces cornes recourbées qui encadraient son front, masqué par quelques mèches.

- A vrai dire... il n'y en a que peu... la bâtarde a...

- Mesure tes paroles... l'interrompit-elle sur un ton fort de sous-entendu.

- Votre dernière fille a disparu... Et toujours aucune nouvelle de Saharlya, qui doit encore être à sa recherche. Mais... comme j'ai pu le constater avant son départ, il semblerait que les retrouvailles risquent d'être... des plus tendues... Elle parlait de torture lente...

Le démon esquissa un mince sourire, observant la réaction de son interlocutrice. Mavëa connaissait bien sa première fille, et le malin plaisir qu'elle prenait à "s'amuser" avec ceux qui tombaient entre ses griffes. Varlesh ne manqua pas de remarquer le voile qui se posa sur le visage de l'Eredar un instant. Il l'avait deviné depuis bien longtemps. Tant de siècles au service de cette famille, en si proche serviteur, avait éveillé ses soupçons sur les véritables sentiments de sa maîtresse. Il était d'ailleurs persuadé qu'elle n'était pas étrangère à la fuite de Cyrélia. Il avait certes participé indirectement à l'élimination de Korizan, le père de la fugitive, mais ses plans avaient apparemment largement été soutenu, d'une manière ou d'une autre. L'ironie le fit sourire. Cette aide inattendue lui profitait encore maintenant, sans que Mavëa ne s'en doute. Peut-être n'avait-elle jamais su qu'il avait commandité cette élimination.

- Reviens quand tu en auras dans ce cas... souffla-t-elle en se repenchant sur le parchemin, faisant un signe de la main pour l'inviter à s'en aller.

- Ce n'est pas tout... rétorqua-t-il sans bouger.

- Alors viens-en au faits Varlesh... Je suis lasse et fatiguée... Je n'ai pas envie de jouer aux devinettes... soupira-t-elle en levant les yeux au ciel.

Varlesh ferma les yeux un instant, se concentrant. Il sentit le flot de magie qui s'attaquait insidieusement à ce lien qui se faisait de plus en plus fragile. L'assise qu'avait l'Eredar sur lui était sur le point de se dissoudre. Il rouvrit les yeux sur elle, qui le regardait avec impatience. Il s'avança vers son bureau, déployant ses larges ailes. Son corps sombre aux muscles noueux était recouvert de cuir pourpre et noir, formant un plastron et des cuissardes aux arabesques complexes. Il sortit un parchemin et le présenta sur le bureau. Mavëa se redressa pour le prendre, sans se douter que la poigne du démon n'attendait que cela pour la saisir à la gorge. Elle eut un hocquet de surprise alors que la main griffue se refermait sur elle. Mavëa tenta d'écraser la volonté du démon de la sienne, mais le lien n'existait plus. Quelque chose l'obstruait. Le démon esquissa un sourire mauvais en la soulevant du sol. Son visage face au sien, il plongea son regard dans les pupilles claires de l'Eredar et approcha ses lèvres pour lui murmurer à l'oreille.

- Si longtemps que j'attends ce moment... Des siècles d'humiliation... C'est terminé maintenant... Draeneï...

Ce mot sorti de sa bouche comme un cracha longuement préparé. Les yeux plissés, Mavëa tentait tant bien que mal de reprendre son souffle, son pharynx écrasés sous la pression savamment calculée.

- Les rôles vont être inversés... J'ai déjà possédé ton ainée... Elle était dans un tel état que j'étais incapable de discerner exactement ce qui la faisait couiner... Mais ne t'en fais pas... Elle ne m'intéresse plus...

Sur de son emprise, le démon esquissa un sourire mauvais. L'Eredar se débattait tant bien que mal, tentant d'invoquer les puissances ténébreuses pour se défendre, mais chaque mouvement lui était plus difficile, plus douloureux.

D'autres s'y intéressent cependant... Et quant à ta batârde... Ta chère petite Saholeï... reprit-il en appuyant bien sur le nom, les yeux de l'Eredar s'équarquillant. Oui... Je connais son nom... Son vrai nom... Elle, je me la réserve... Ta si gentille petite fille... Le moment venu, elle m'appelera... Maître... Mais tu ne seras plus là pour le voir...

Mavëa allait perdre connaissance lorsque Varlesh, dans un craquement sec, lui brisa la nuque. Toute vie quitta instantannément le corps de l'Eredar, suspendu au bout du bras de son bourreau. Le démon glissa un bras sous les genoux, et passa l'autre autours de ses épaules. Il mena le corps inerte jusqu'au lit, l'y glissant avec précaution avant de remonter les draps de soie jusqu'aux épaules. D'une main, il repoussa les mèches neigeuse sur son front avec douceur. Ses lèvres déposèrent un baiser sur la peau bleu-gris dont la chaleur disparaissait petit à petit.

Adieu...

Sans un regard en arrière, le démon quitta la pièce, en silence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 13 Avr - 12:31

Un zoo... Voila à quoi ressemblait Hurlevent. Bruyants, excités, gesticulant en tous sens. Pour peu qu'elle en aurait eu, elle leur aurait volontiers lancé des cacahuètes... Biensûr, elle avait déjà rencontré des humains en Draenor, mais c'était un peu comme aller faire un saphari après avoir été habitué à visiter la ménagerie d'un cirque. Voir les humains dans leur "milieu naturel". Appuyée sur le bord de la fontaine, au coeur du quartier commerçant, elle obervait le va-et-vient de ces fourmis désorganisées dont l'existence n'avait d'ailleurs guère plus d'importance à ses yeux. Une soixantaine d'année pour les plus vigoureux face aux siècles, voir les millénaires qui l'attendaient encore, pourquoi aurait-elle donné le moindre crédit à une race aussi éphémère... Ils conservaient un certain intérêt cependant. Une si courte existence, et ce qui en découle, les rendait selon elle bien plus maléables. Au-delà d'un ou deux siècles, ils étaient rapidement dépassés... Et les choses à leur faire miroiter sous le nez était, en général, aussi nombreuses qu'aisément procurables. Un peu d'or, de plaisir, ou l'illusion d'une amitié durable... La difficulté résidait cependant dans la recherche de ce qui pourrait satisfaire tel ou tel individus, car les humains étaient d'une étonnante diversité d'opinions ou de moeurs. Mais nul doute que s'il devait y avoir une capitale du vice sur ce monde, Hurlevent remporterait facilement la palme.

Saharlya se redressa lentement, étirant sa fine silhouette dans un geste lent, certainement pour le plaisir des yeux de l'imposant Draeneï qui la détaillait depuis quelques minutes déjà. Elle s'arrêta un instant à son tour pour lui rendre la pareille, sa robe de soie d'un bleu aussi sombre que la nuit se réajustant sur ses courbes généreuses. Force était d'admettre qu'elle lui trouvait quelque chose de particulièrement attirant. Fier, sûr de lui, un regard vif et acéré qui semblait n'accepter aucun refus. Le genre d'homme qu'elle prenait beaucoup de plaisir à tenter de soumettre dans ses joutes nocturnes. Chose qu'elle réussissait plutôt bien en général, mais qui lui faisait perdre tout attrait pour l'individus en question. Un frisson parcourut son échine alors qu'il la transperçait de son regard. Elle se fendit d'un sourire malicieux à l'intention de l'observateur, avant de tourner les talons. L'heure n'était pas à l'amusement, bien qu'elle le regrettait tout de même.

D'un pas rapide, elle se glissa parmi la foule jusqu'au Vieux Quartier. Il y régnait une grande agitation. En effet, une patrouille de garde de la cité semblait être aux prises avec quelques badauds. Les coups s'échangeait avec virulence, mais les gantelets de métal eurent rapidement raison de la résistance des trouble-fêtes. L'Eredar n'y accorda que peu d'attention, profitant de la cohue pour se glisser dans une ruelle plus sombre. Non loin de la l'attendait un homme, appuyé contre un vieux mur en pierre. L'Eredar s'avança lentement vers l'individus et le toisa du regard jusqu'à ce qu'il relève la tête vers elle. Un début de sourire vint orner ses traits, taillés à la hache, alors qu'une lueur satisfaite brillait déjà dans son regard, une lueur aux reflets étranges.

- Qu'as-tu pour moi Humrok ? lui lança-t-elle sans perdre de temps en politesses.

- Assez peu de choses pour le moment à vrai dire... Ta chère soeur est bien arrivée jusqu'ici, je l'ai croisée à plusieurs reprises. Elle n'a pas été d'une très grande discrétion d'ailleurs... Heureusement pour elle qu'il y a suffisamment d'étrangetés dans cette ville, et plus d'inquisition depuis plus d'un an... Enfin... Quoique...

L'humain haussa les épaules. Loin d'avoir une carrure imposante, il semblait très clairement préférer la discrétion, un corps à la musculature fine caché sous le tissu. Dans ses vêtements sobres, on l'aurait très aisément pris pour un simple citoyen de Hurlevent... A tord...

- Je me doute bien qu'elle est parvenue jusqu'ici... soupira-t-elle. Ce qui m'importe plus, c'est de savoir où elle se trouve. Attrape ! Si cela peut délier ta langue...

Elle lui lança une petite bourse en lin que l'humain rattrapa sans le moindre mal, avec une vivacité étonnante, bien trop pour un membre de cette race. Il délia la petite lanière de cuir et vida le contenu dans sa paume. Un petit cristal sombre roula entre ses doigts, une lueur ambrée glissant à l'intérieur, ricochant contre les faces de la pierre.

- C'est de la basse qualité ma chère Saharlya... Tu l'as prise à un paysan ? Voir... à son chien ?

- Vois plutôt cela comme un amuse-gueule... lui rétorqua-t-elle en passant une main dans ses cheveux. Elle se demanda un instant si sa réponse n'avait vraiment qu'un sens figuré pour son interlocuteur.

- Je ne l'ai plus vue en ville depuis quelques jours, mais quand elle était ici, elle passait beaucoup de temps au parc. Je l'ai vue plusieurs fois en compagnie d'un Draenei. On l'appelle sous le titre de "professeur" à ce que j'ai pu entendre au détour d'une terrasse. Elle a aussi eu des contacts avec une druidesse elfe... Je me suis renseigné, et on m'a donné le nom d'Aerlyn. Il semblerait aussi qu'elle ait rejoins les Tisseurs-de-Paix.

- Les Tisseurs-de-Paix ?

- Oui... Un regroupement de pacifistes assez stupides pour croire que les guerres qui déchirent la Horde et l'Alliance peuvent être arrêtée à coup de promenades et de pique-niques dans les bois...

En parler semblait beaucoup l'amuser. Il demeura un instant silencieux, pensif, un léger sourire sur ses lèvres, puis reprit, voyant son interlocutrice un peu nerveuse.

- Tu veux que je poursuive mes investigations ?

Saharlya sortit une autre bourse et la jeta à nouveau à son interlocuteur, qui l'intercepta encore une fois avec une dextérité hors du commun. Elle contenait un autre cristal du même type que le premier, mais une lueur plus intense semblait prise au piège à l'intérieur. L'humain regarda la pierre avec un air plus intéressé.

- Non... ce sera tout pour le moment Humrok. Je ferai peut-être encore appel à toi plus tard. Entre temps, tâche de rester libre... Korizan est peut-être mort, mais je crois savoir que d'autres pourraient apprécier tes services... exclusifs...

- C'est bien aimable à toi de te soucier de mon sort ma chère... Tu sais où me trouver...

L'humain se fendit d'un sourire avant de se redresser, tournant les talons pour rejoindre la grande rue. Saharlya le regarda s'en aller, puis disparaître dans la foule, songeuse...


Dernière édition par le Ven 13 Avr - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mornaglar
Maître de la Nature Rédemptrice
avatar

Nombre de messages : 2453
Date d'inscription : 24/05/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 13 Avr - 14:02

(Toujours aussi vivant, j'adore Smile )

_________________

Maître de la Nature Rédemptrice
Classe : Druide
Professions : Ingénieur, Mineur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 13 Avr - 15:40

(mici morny Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Térébor
Initié
avatar

Nombre de messages : 78
Localisation : Pour la lumière !! Heu... nan, c'est pas ça héhé !
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 13 Avr - 17:13

( Et bien je dois dire que c'est un super "roman" ( persque ) que tu viens de nous faire part, tu as du talent, et le RP sur le forum est véritablement indispensable !
Moi, pour le moment, je RP sur le jeu et un peu sur le forum, tu me met goût à la bouche pour faire comme tu as fait ! )

(Super bien réalié et bonne continuation Very Happy)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 13 Avr - 17:43

(ca fait plaisir d'avoir des retours, étant un peu trop insatisfaite de ce que je fais en général, j'ai de la peine à avoir une bonne appréciation de ce que j'écris... j'ai jamais le sentiment que ce que je fais est vraiment bien, mais je suis vraiment contente d'avoir ce genre de retour, que j'ai aussi eu sur d'autres forums comme wow-rp ou wow-europe section jdr

y'a plein de nouvelles que j'aimerai écrire... je vais peut-être m'y mettre alors)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Jeu 10 Mai - 13:00

La lourde chaine de thorium raclait la pierre au rythme régulier des pas du prisonnier. Epuisé, voûté, celui-ci trainait la jambe, soutenu de part et d'autres par de solides gardes à la carrure imposante et aux ailes de granit impressionnantes. Les démons à la peau minérale ne semblaient pas souffrir le moins du monde du poids de leur "marchandise", qu'ils trimballaient sans la moindre douceur. Puis le bruit s'atténua peu à peu alors que leurs sabots foulaient le sable sur les derniers mètres du tunnel. Celui-ci s'ouvrit bientot sur une large arène, dans laquelle ils pénétrèrent sous les regards lourds des spectateurs. Démons et Eredars se partagaient les gradins, au centre desquels se dressait une loge magnifiquement décorée. D'un geste brusque, les deux geôliers jetèrent leur prisonnier au sol. Faible, épuisé, Sorak réussit néanmoins à se relever, faisant face à la loge, toisant son occupant d'un regard méprisant.

L'Eredar qui s'y tenait, engoncé dans une lourde armure noirâtre aux reflets métalliques, arborait une expression dure et glaciale, accentuée encore par la longue cicatrice qui barrait son visage d'une corne au menton. Il se redressa lentement, les plaques de son armure s'emboitant dans un léger tintement. Il s'avança au bord du muret surplombant l'arène, ses mains gantées soulevant un peu de poussière en se posant sur la pierre.

"- Sorak Heogard..." commença-t-il d'une voix rauque et puissante, afin que toute l'assemblée puisse l'entendre. "Tu as été reconnu coupable du meurtre de Mavëa Dorenkar... Une des nôtres... Tu sais dans quelle situation se trouve ce monde, tout comme tu sais que nous ne pouvons tolérer ce genre d'acte alors que nous avons besoin de toutes nos forces pour écraser la vermine de d'Azeroth... C'est intolérable ! Notre peuple ne le tolèrera pas ! Notre maître ne le tolèrera pas non plus !"

Sa voix s'était encore endurcie, le ton montant à chaque mot. Ses yeux auraient foudroyés son interlocuteur s'ils avaient pu exprimer toute la haine et le mépris qui y brillaient.

"Il est temps de faire un exemple, Sorak... Et tu sera cet exemple ! En vertue du pouvoir que m'a conféré Kil'Jaeden, notre maître, je te condamne à mort !

Un murmure s'éleva des gradins, se transformant peu à peu en cris. La foule réclamait du sang. Levant les bras, l'Eredar en armure fit signe aux démons de granit de quitter les lieux. Ceux-ci s'exécutère, battant l'air de leur lourdes ailes. Puis plusieurs herses s'ouvrirent dans les murs de l'arène, laissant deviner des yeux rougeoyants dans la pénombre des tunnels. Sorak se tournait, se retournait, guettant chacune des ouvertures, pestant. Levant ses mains enchaînées, il se tourna vers son bourreau, lui lançant un regard meurtrier.

"- Tu aurais pu me détacher ! Maudis sois-tu, sale chien !"

"- Les traîtres mourront comme des bêtes... Et tu mourras comme tel..."

Un rugissement se fit entendre, suivit d'autres. La meute se mettait en chasse. Le spectacle ne dura que quelques secondes, chairs et ongles incapables de stoper la tornade de crocs et de griffes qui déferla sur le sable fin de l'arène.

De son perchoir, bien en retrait dans les gradins, Varlesh observait la scène, toujours aussi impressionné par la vélocité et la voracité des créatures hantant les couloirs aménagés sous les spectateurs, tout autours de l'arène. Il ne lui restait qu'une chose à faire ici... Récupérer ce qui pouvait l'être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 11 Mai - 10:20

Les derniers jours s'étaient écoulés un peu comme dans un rêve pour la jeune Eredar. De retour sur l'ile de Brume-Azur, Cyrélia avait passé le plus clair de son temps à courir derrière Yiari. Qui eut cru qu'une jeune fille si turbulente pouvait être la progéniture de Daënia et Umaös, eux pourtant si calmes et réfléchis. Un instant souriante et enjouée, le suivant boudeuse et colérique. Cyrélia allait de surprise en surprise, ne sachant plus, à certains moments, comment gérer l'impulsivité de sa pupille. Elle pensait au départ qu'il s'agissait seulement la de tester la confiance que ses amis pouvaient avoir en elle, et elle s'était vraiment sentie heureuse qu'on lui confie une telle tâche. Mais c'était sa patience que l'on mettait aussi à l'épreuve. Cependant, Cyrélia aimait cela. Et elle ne voulait pas faillir. Yiari était ce que ses proches avaient de plus cher au monde, et c'est à elle qu'on l'avait confiée. Et sous ses airs de peste capricieuse, l'Eredar savait que la jeune fille avait un coeur débordant d'affection. Mais ce que la fugitive espérait surtout, c'est de ne plus être seulement la tutrice eredar qu'on lui avait imposée, mais plus que cela... Une amie, voir même une grande soeur... Elle n'avait passé que quelques jours avec elle, mais déjà elle se savait prête à tout pour cette adolescente caractérielle.

Quant à Londharr, il venait fréquemment leur rendre visite. Enfin, à l'Eredar surtout, celui-ci ayant réussi à vexer la jeune fille lors de leur dernière rencontre. Ce n'était pas vraiment un mal en soit. Cyrélia appréciait énormément les moments partagés avec le Draeneï, qui faisait toujours montre de tant de délicatesse et d'attention à son égard, aussi bien dans leurs discussions que dans leurs moments plus intimes. Il était revenu hier... Mais le rêve ne devait pas durer...

Aujourd'hui, c'était les larmes aux yeux qu'elle préparait ses affaires. Une nouvelle fois il lui fallait fuir. Le Draeneï était venu l'avertir que des gens la cherchait... Des chasseurs de primes apparemment... Et Aerlyn lui avait confirmé cette crainte. On voulait la retrouver, et les prédictions d'Ybael concernant sa soeur n'était pas du tout pour la rassurer. Ses pensées allèrent à Yiari... Yiari qu'elle allait abandonner ici... Elle sentait l'étau se serrer autours de son coeur alors que les images de la jeune Draeneï défilaient dans son esprit. Elle aurait voulu l'emmener, profiter de ce départ pour lui faire visiter le monde, et le découvrir en sa compagnie, mais penser qu'on pourrait lui faire du mal à cause d'elle lui était insupportable. Elle l'avait cherchée ce matin, mais pas de traces de l'insouciante. Elle allait partir comme une voleuse, et haïssait l'idée que Yiari puisse se sentir blessée par cette disparition soudaine. Elle lui laisserait un mot, mais sa main tremblait tant que son écriture s'en ressentait. Après la douleur, c'était la colère qui s'était peu à peu emparé de l'Eredar, et c'est avec beaucoup de difficulté qu'elle avait fait taire les pulsions destructrices qui cherchaient à s'exprimer.

Son bateau n'allait plus tarder. Les yeux humides, elle lança un dernier regard circulaire à sa chambre, la peine lui déchirant le coeur, avant de quitter la pièce... Sans se retourner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Jeu 31 Mai - 17:46

Un bruit sourd contre la porte…Puis un second…Enfin elle s’ouvrit, dans un grincement. Saharlya força encore un coup et pénétra dans la taverne, sombre comme à son habitude. De toute évidence, les clients de l’Agneau Assassiné tenaient à garder un peu d’intimité. L’Eredar s’avança jusqu’au bar, interpellant le tenancier, un sourcil froncé.

- Jarel…Un hydromel s’il te plaît…et par la même occasion, pense à faire arranger ta porte. Je n’ai pas envie de me démettre l’épaule chaque fois que je viens chez toi…

- Hmmm…Je verrai ce que je peux faire belle Draenei… répondit-il avec un sourire amusé. Mais c’est certainement un morceau d’inquisiteur qui doit gripper mes gonds…C’est tenace ce genre de petite bête tu sais…

L’humain se retourna vers la multitude de tonneaux desquels s’échappaient des senteurs diverses. Saharlya n’avait pas un odorat particulièrement fin, mais elle se doutait bien que certains de ces barils devaient cacher d’autres surprises que de simples liqueurs exotiques. Après quelques instants et avoir refermé le robinet d’un petit tonnelet finement ouvragé, il fit volte-face d’une manière théâtrale, présentant la chopine à l’Eredar qui patientait, songeuse.

Le remerciant tout en laissant quelques pièces sur le comptoir, Saharlya s’avança dans la salle, cherchant un endroit ou s’installer. Elle déambula entre les tables, observant les rares clients présents en cette fin d’après-midi pluvieux.

- Assieds-toi… l’interpella une voix grave, depuis une chaise dans la partie la plus sombre de la pièce.

Elle fit volte-face, haussant les sourcils. Elle devina rapidement une forme sombre assise, bras croisés devant elle. Elle vit la silhouette d’un massif Draeneï. Enfin…Elle aurait pu se laisser berner si elle n’avait reconnu cette voix. Sans demander son reste, elle s’assit sur la chaise que lui désignait du menton son interlocuteur, fronçant peu à peu les sourcils.

- Qu’est-ce que tu fais ici, Isaln… commença-t-elle, visiblement suspicieuse, en draénique.

- C’est notre maître qui m’envoie…Ou plutôt, j’ai répondu volontairement à son appel. continua-t-il sur un ton calme et serein. J’ai appris que tu étais partie pour Azeroth et…comme il y avait des nouvelles pour toi, je me suis tout naturellement porté volontaire pour le voyage.

- Des nouvelles? Quelles nouvelles?

- Ta mère… répondit-il sur un ton indifférent. Elle est morte…

Le massif Eredar guetta la réaction de son interlocutrice, masquant l’amusement que lui procurait la scène, qui ne tarda pas à arriver. D’un bond, elle se redressa, le fixant dans les yeux, les sourcils froncés.

- Tu mens! Et je n’ai aucune raison de te croire!

- Non, c’est vrai, tu n’as aucune raison de le faire…Mais ceci dit, pourquoi viendrai-je t’annoncer une chose pareille, si elle n’était pas vraie?

Saharlya resta figée un instant, réfléchissant longuement aux paroles de l’Eredar. Elle avait beau chercher, elle ne voyait en effet pas pour quelle raison il pourrait bien lui mentir à ce sujet. Une fois le choc passé, c’est une émotion qu’elle n’avait plus ressenti depuis longtemps qui refit surface. La douleur semblait s’être emparée soudainement de son cœur, l’enserrant dans son étaux glacé. Des larmes semblaient vouloir s’écouler, bien qu’elle les réprimait avec force, tout comme les sanglots qui nouaient sa gorge.

Isaln, quant à lui, se délectait du spectacle que lui offrait la jeune femme, d’habitude si fière et intouchable. C’était elle qui, en temps normal, brisait les gens pour mieux les soumettre. Il la sentait brisée par la nouvelle. Tout comme il savait que le fait qu’il le lui annonce en personne ne manquerait pas de l’accabler encore. Lui qui avait toujours refusé ses avances. Avec un malin plaisir évidemment.

- Qui? finit-elle par cracher, laissant sa fierté reprendre le dessus. Qui l’a tuée?

- Sorak…

Les yeux de la jeune Eredar flamboyèrent de haine.

- C’est impossible! Sorak est un faible! Il n’a pas pu réussir cela!

- Pourtant c’est ce qu’il a fait… reprit-il de ce même ton calme et serein. Il a profité de ton absence pour l’éliminer, laissant votre domaine à l’abandon. Mais…tu as de la chance…je me suis occupé de sauvegarder tes biens.

Elle plissa les yeux, encore plus suspicieuse.

- Et tu es venu pour finir le travail? C’est ça?

La jeune femme contenait avec peine ses émotions. Debout devant lui, avec son attitude si passive, elle sentait la colère monter en elle, toujours plus forte.

- Ne sois pas ridicule…Non, je suis venu faire mon devoir. Et reprendre ton éducation.

Saharlya ouvrit de grands yeux, avant de laisser échapper un rire nerveux.

- Gérer mon domaine? Reprendre mon éducation? Mais pour qui tu te prends? le toisa-t-elle avec un mépris certain.

- Pour ton père. rétorqua-t-il avec un léger sourire.

- Pardon? explosa-t-elle avec un air incrédule. Et tu crois vraiment que je vais avaler ça? Tu me prends vraiment pour une imbécile?

- J’ai aimé ta mère à une époque, souviens-toi.

Isaln arborait un sourire satisfait. La voir en pareil état justifiait à lui seul le déplacement.

- Comme beaucoup d’autres! Je ne te crois pas, tu n’as aucune preuve de ce que tu avances! Tu penses pouvoir te présenter ici, venir me faire miroiter ce mensonge et reprendre en main mes affaires! Ne te leurres pas!

Isaln soupira, se redressant lentement.

- S’il te faut une preuve…

Dans un cliquetis métallique, l’Eredar souleva la lourde cotte de mailles qui recouvrait son ventre, dévoilant, outre une musculature impressionnante, une petite marque de quelques centimètres de long, sur la droite de son nombril. Semblable à une vague, elle sinuait sur sa peau, verticalement. Saharlya écarquilla les yeux avant de porter la main à son ventre. Ses doigts reconnurent rapidement la forme caractéristique de cette marque qu’elle portait depuis sa naissance, au même endroit, parfaitement semblable à celle de son interlocuteur.

Isaln savourait la stupéfaction qu’il pouvait lire sur le visage de la jeune femme.

- Je ne compte pas te déposséder. reprit-il. Au contraire, je veux que tu sois à même de reprendre en main ce qui t’appartient. Et pour cela, tu auras besoin de moi. Tu as un grand potentiel et je suis la pour le faire s’épanouir.

Saharlya tituba légèrement. C’en était presque trop pour elle. Trop simultanément. Elle fit demi-tour, laissant sur place son verre encore plein. Isaln l’interpella cependant, avant qu’elle n’ai pu faire trois pas.

- Réfléchis-y Saharlya. Je t’offre mon nom…Accepte de le porter, et je ferai de toi ce que tu es sensée être…

La jeune Eredar quitta la taverne après un dernier regard à son père, sans un mot. Celui-ci ne bougea pas, la regardant s’en aller, se contentant de commander une nouvelle tournée lorsque la porte claqua derrière sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalaë
Initié


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Lun 2 Juil - 13:29

Tremblante, la jeune femme tenait fermement le panier en osier qu'on lui avait confié. Elle regardait autours d'elle. Cette ruelle était des plus oppressantes, et le gigantesque Draeneï qui la surplombait n'était pas pour arranger le tableau. Elle leva un instant les yeux sur lui. Imposant, ses muscles noueux ne laissaient aucun doutes sur sa force. Mais ce qui l'effrayait avant tout, c'était ce regard... Froid, calculateur, mauvais... L'humaine demeura aussi immobile qu'elle le pouvait, espérant certainement ainsi se faire oublier de son interlocuteur.

Celui-ci semblait plongé dans la lecture d'un parchemin que lui avait tendu précédemment la messagère. Parchemin qu'il avait d'ailleurs pris sans aucune douceur, semblant tout juste daigner poser son regard sur elle.

Citation :
Cher ami,

Comme promis, je te fais parvenir ce que j'ai pu récupérer de ce cher Sorak. Tu ne me tiendras pas rigueur de l'état de celui-ci j'espère, car tu sais tout comme moi comme on prend soin des traîtres chez nous.

Je pense cependant qu'il sera bien assez reconnaissable pour que ta fille ne puisse douter de tes dires. J'ai bien attendu sa mise à mort comme tu me l'avais demandé, mais il m'a fallu un peu de temps pour approcher le cadavre avec toutes les bestioles qui s'affairaient autours. Heureusement... Il a la tête dure...

La messagère qui porte ce colis a été trouvée dans les geôles du traître. J'ai fais en sorte qu'elle arrive à bon port, mais elle ne m'est d'aucune autre utilité... Fais-en ce que tu veux...

Varlesh

Isaln esquissa un sourire en pliant le parchemin. Il reporta son attention sur la messagère. De petite taille, des cheveux courts coupés apparemment à la va-vite, et des vêtements tout juste mieux que des haillons qui mettaient cependant en valeur une silhouette agréable à regarder.

- Viens !

Le ton de sa voix ne semblait tolérer aucun refus, et la jeune femme suivit l'Eredar dans une bâtisse non loin. La porte se referma derrière eux dans un grincement sinistre, alors que le loquet métallique résonnait dans la ruelle, comme un glas lugubre annonciateur des prochains événements.

Le lendemain, un pêcheur attira l'attention des autorités de la ville sur les canaux. Un corps y flottait, sur le ventre, en partie rongé par les créatures affamées grouillant dans cette eau trouble. Lorsque les gardes la sortir de l'eau, ils remarquèrent rapidement que la nuque de la jeune femme avait été brisée, les marques sur son cou et ses épaules témoignant de la force qui avait été utilisée. Encore une mendiante dont on avait abusé avant de la tuer... La routine en quelque sorte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Affaires de famille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Affaires de famille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Une famille de 78 habitants !
» Bonnes affaires
» grande foto de famille
» Réunions de Famille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature Rédemptrice :: La Rédemption :: L'Auberge-
Sauter vers: